Traduction d’Amélie Derome

 

Aux portes de la nuit
l’homme est divisé
le cœur pauvre et le corps piétiné

mais quand il s’agit de mordre et d’aimer
il n’oublie pas la danse
animale et bouleversante

l’homme baignant dans la douce
et violente lumière d’un destin prolétaire

assume d’un même éclat
la puissance d’un corps et celui d’un poème

l’homme divisé renaît de ses cendres
Pasolini, London, tous ont contribué
au refus d’une vie tiraillée et chancelante

les poètes dans l’enclos de leur romance
les ouvriers dans le muscle et la décadence

quand il s’agit pourtant du même homme
ouvrier poète
c’est l’homme nouveau qui renaît
au cœur de la tempête.

 

At night’s gate
man is divided
his heart a tramp, his body trampled

but when it comes to biting and to loving
he cannot forget the dance
wild and overwhelming

man bathing in the sweet
and violent light of a proletarian fate

takes on in the same flash
the power of a body and that of a poem

man divided rises from the ashes
Pasolini, London, all did contribute
to flout a life that tugs and staggers

poets in the realm of their romance
workers both in muscle and in decadence

when they are none but the same man
a poet worker
the new man who is now reborn
in the heart of a storm.

Pierre-Aurélien Delabre, in Volcans, Bordeaux, Editions Abordo, 2019. Traduction d’Amélie Derome.