Volcans, Pierre-Aurélien Delabre

Volcans de Pierre-Aurélien Delabre est entré en éruption le 25 février 2019 aux éditions Abordo, dans la collection « L’Appel du large » ‒ titre annonciateur d’un recueil qui retrace ardemment le double voyage du poète vers lui-même et le monde.

 

L’épigraphe pasolinienne le clame, ce livre entonne un chant du présent des sensations et de la découverte : « ce n’est qu’aimer, et que connaître, / qui compte, non d’avoir aimé, / ni d’avoir connu ». Le parcours de Pierre-Aurélien Delabre, des flancs de l’Etna aux ruelles de Naples à l’ombre du Vésuve, nous mène jusqu’aux artères marseillaises où palpitent les dockers et les amants.

Ce trajet, nimbé d’une lumière qui rejaillit également sur la roche et les hommes, est emporté par le souffle d’un poète qui déploie son propos en autant de phrases musicales. Les vers sont libres, oui, en ce qu’ils portent l’espoir d’une renaissance ou d’une révolte. Leur rythme, cependant, est minutieusement cadencé. Les allitérations jaillissent et créent refrains et syncopes, dans une oralité qui doit autant à la poésie lyrique qu’à la chanson française.

 

C’est que ce voyage en Méditerranée ne tient pas de la monotonie linéaire des lignes ferroviaires qui traversent les frontières mais bien des ressacs d’une mer bienfaisante et vivante, comme des éruptions terribles des volcans qui l’essaiment et qui en fécondent les sols. Cette course, ainsi, relève de la quête d’un équilibre entre l’agitation et l’apaisement qu’elle procure, bercée par le rythme d’une parole balancée. Si l’équilibre est en péril aux abords du recueil : « un massacre puéril […] ampute l’équilibre et la danse », le poète le renoue au cœur du livre : « mais quand il s’agit de mordre et d’aimer / il n’oublie pas la danse / animale et bouleversante. » Une chorégraphie qui aboutit dans la refonte d’un homme divisé : « ouvrier poète / c’est l’homme nouveau qui renaît / au cœur de la tempête. »

Le poète s’extirpe alors de la froideur massive et figée des roches de Carrare ou des chairs pétrifiées des amantes « mais il n’y a plus d’aurore / il n’y a que la roche froide et démoniaque / et les petites lèvres de Virginia » pour faire trembler murs et pierres en se les appropriant : « sur les murs / je dessine des volcans », jusqu’à « foutre le feu au hangar » et à « apprendre à s’envirer / d’un simple cœur d’un simple clocher ». Il conjure la néfaste mélancolie hugolienne « go away, Melancholia ! », où le présent des ouvriers est une cage infernale « Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement / Dans la même prison le même mouvement », pour louer le présent sensible dont chacun peut également jouir : « je vois / les gamins de Noailles et de Belsunce / torses bruns et scooters aériens / jetés crachés dans le ciel du matin ». L’appel du large est lancé, il ne reste plus qu’à le suivre.

Amélie Derome


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.