Franco Costantini, “Wunderkammer”

 

 

 

 

Le 5 avril dernier, Franco Costantini nous a fait l’honneur de sa présence lors de la deuxième séance du séminaire « Il faut que jeunesse se passe », dédiée à la (re)traduction du poème « WUNDERKAMMER » extrait du recueil inédit Scorporare. Le jeune poète génois d’expression italienne et française avait en effet déjà lui-même traduit vers le français sa composition. La question de l’autotraduction était donc au cœur de notre séance.

La puissance de l’ennui

Franco Costantini a ouvert la séance en revenant brièvement sur le titre de son recueil et les problèmes de traduction qui lui était relatifs notamment en français. Le jeune poète a ensuite dévoilé le lien entre la démarche d’accumulation qui était à l’œuvre dans la composition du recueil, et la question de la structure démantelée par la puissance de l’ennui au coeur du poème. Il a également insisté sur la place relativement variable de WUNDERKAMMER au sein du recueil et son refus d’imposer au lecteur une approche téléologique.

Franco Costantini a ensuite mentionné les références, notamment heideggeriennes, qui accompagnent sa démarche poétique, et attiré notre regard sur la division des espaces intérieurs et extérieurs et la répartition des objets comme origines d’un sentiment de stagnation et d’une volonté de fuite.

Il s’agit, je crois, d’un poème d’aliénation et d’une tentative, nécessairement vouée à l’échec, de rationaliser dans une langue dure, presque “philosophique” dans son lexique, la ferveur angoissée d’une volonté de fuite, d’une sensation de stagnation. 

Franco Costantini

L’intégralité de sa présentation est disponible ici.

La légitimité du (re)traducteur ?

Emma Ayasse a évoqué quant à elle les difficultés majeures de (re)traduction vers le français. D’un point de vue théorique c’est la question de la légitimité du (re)traducteur qui était pour elle primordiale, et intimement liée à celle des limites entre traduction et (re)création dans ce cas précis.

[…] si l’on ne considère pas l’autotraducteur comme un simple prédécesseur, alors l’autotraduction se place davantage du côté de la création ou recréation, et la (re)traduction se place alors du côté du redire. Et : peut-on redire sans refaire ?

Emma Ayasse

D’un point de vue pratique elle a mentionné la difficulté de conserver dans les choix lexicaux cet ancrage dans « une langue dure », « presque philosophique », sans le secours de la traduction fidèle, parfois presque littérale, souvent déjà empruntées par le poète. Elle est également revenue sur la tentation de trop expliciter, au moment de la (re)traduction, « la ferveur angoissée d’une volonté de fuite » évoquées par Franco Costantini, au risque d’occulter l’état statique dépeint par WUNDERKAMMER. L’intégralité de sa présentation est disponible ici.

La séance s’est poursuivie par un riche échange entre Franco Costantini et le public. Les questions portaient le plus souvent sur la place de son bilinguisme dans sa démarche poétique, et sur l’éventuel ou résiduel sentiment d’étrangeté face au français, voire même à face à l’italien. Elles ont ainsi enrichi notre réflexion sur l’autotraduction. Les participants se sont enfin attelés à la traduction. Les difficultés évoquées concernaient le plus souvent la traduction des termes à connotation philosophique forte, tels que « ennui », « division » ou « l’égal », et la restitution des  multiples assonances ou allitérations. La traduction de « volante » comme éventuelle référence à l’image des oiseaux a également animé nos débats. Un échantillon des traductions réalisées pendant et après le séminaire est disponible ici.