Argumentaire

Dépravation de la jeunesse, dégradation de la traduction

La genèse des ateliers de traduction de jeunes poètes « Il faut que jeunesse se passe » repose sur les accointances que présentent la jeunesse et la traduction. Ces notions subissent en effet le même chef d’accusation : elles seraient toutes deux corrompues. La traduction, soupçonnée de porter la marque de l’effondrement de la Tour de Babel et de la déliquescence des langues, est souvent considérée comme un état dégradé de l’original qu’elle s’efforce de rendre, à l’image d’une jeunesse dont les mœurs représenteraient une déchéance des coutumes des générations antérieures. Si ce thème de la décadence relève du topos, ce dernier nous paraît digne d’être examiné, d’autant que l’articulation de la jeunesse et de la traduction semble pouvoir se resserrer métaphoriquement.

Les textes originaux perdurent en effet dans leur état premier, tandis que les traductions paraissent condamnées au vieillissement, comme en témoignent les pratiques éditoriales de retraductions récurrentes. Cependant, les traductions demeurent la condition de survie de l’original en terres étrangères, et deviennent, d’une certaine manière, la source de jouvence d’où les textes source puisent leur éternelle jeunesse. La pensée de la retraduction tend par ailleurs à considérer que les traductions successives d’une même œuvre s’inscrivent dans une démarche de perfectionnement : chaque nouvelle traduction représenterait un pas supplémentaire vers la reconstitution de l’original.

Les fondements de cette vision téléologique de la retraduction semblent pourtant difficiles à étayer et s’effondrent lors d’un examen plus attentif. Il ne va pas de soi que la nouveauté d’une traduction suffise à constituer une preuve de sa fidélité supérieure. Il semblerait que les retraductions les plus récentes, loin de recouvrer la pureté de l’original, tendent plutôt à épouser les dernières normes traductives, dont la valeur ne saurait reposer sur la seule notion de nouveauté. Ainsi la jeunesse, lorsqu’elle désigne l’état de conservation des textes originaux, connote davantage la pureté que la corruption, tandis que la traduction, associée à la dégénérescence de la langue, tâche – peut-être vainement – de retrouver une pureté perdue.

Sursis de la traduction et survie de la création

Le titre du séminaire « Il faut que jeunesse se passe » souligne les liens qui unissent la traduction à la jeunesse. Si l’expression proverbiale évoque la bienveillance teintée d’impatience que l’on peut éprouver devant le fourvoiement d’une jeunesse, elle indique également la nécessité qu’il y a à la « passer » en tant que telle, c’est-à-dire à la transmettre, à la traduire. La locution, loin de se cantonner à la désignation de la jeune création, nous paraît également capable d’interroger l’inexpérience que l’on suppose inhérente aux premières traductions d’une œuvre. Cette imperfection supputée nous semble reposer avant tout sur deux critères : l’évolution des normes traductives – contre laquelle il semble difficile de lutter – et l’infidélité à l’auteur.

C’est pourquoi nous avons choisi de donner la parole à l’auteur, de l’intégrer pleinement dans l’activité traductive. La sentence de Barthes, selon laquelle « la naissance du lecteur doit se payer de la mort de l’auteur » paraît avoir orienté un certain courant de la traduction universitaire. Barthes se ravisait pourtant, signalant que « dans le texte, d’une certaine façon, je désire l’auteur ». Lorsqu’une traduction passe pour infidèle, c’est précisément ce désir d’auteur qui est frustré : le lecteur, ne trouvant pas la trace de l’auteur au sein du texte, s’en prend au traducteur.

Les jeunes poètes du séminaire seront ainsi invités à attirer l’attention des participants sur la visée de leur œuvre, afin qu’ils puissent tâcher de la restituer au mieux dans leurs traductions et que le lecteur jouisse d’effets analogues en langue étrangère. Nous espérons ainsi, grâce à ces ateliers de traduction, montrer que le « passage », la transmission des œuvres contemporaines peuvent être assurés par une réassociation des chercheurs et des traducteurs aux auteurs, au service du lecteur. Si la traduction assure la pérennité de l’œuvre, l’auteur paraît pouvoir garantir, à son tour, la survie de la traduction – et peut-être l’extirper du vieillissement qui la menace.

Amélie Derome et Emma Ayasse