Traduction de Lucie Houdu vers l’anglais

Aux portes de la nuit
l’homme est divisé
le cœur pauvre et le corps piétiné

mais quand il s’agit de mordre et d’aimer
il n’oublie pas la danse
animale et bouleversante

l’homme baignant dans la douce
et violente lumière d’un destin prolétaire

assume d’un même éclat
la puissance d’un corps et celui d’un poème

l’homme divisé renaît de ses cendres
Pasolini, London, tous ont contribué
au refus d’une vie tiraillée et chancelante

les poètes dans l’enclos de leur romance
les ouvriers dans le muscle et la décadence

quand il s’agit pourtant du même homme
ouvrier poète
c’est l’homme nouveau qui renaît
au cœur de la tempête.

At night’s gate
man is divided
his heart wretched and his body trampled

but when it comes to biting and loving
he does not forget the dance
both wild and upsetting

man basking in the sweet
and violent light of a proletarian destiny

takes on in one and only sparkle
the power of a body and that of a poem

the divided man rises from the ashes
Pasolini, London, all contributed
to refusing a tormented and wobbly life

poets penned in their romance
workers in their muscles and decadence

whereas it is about the same man
a worker poet
the new man who is born again
in the heart of the storm.

Pierre-Aurélien Delabre, in Volcans, Bordeaux, Editions Abordo, 2019. Traduction de Lucie Houdu.

Pierre-Aurélien Delabre, “Au coeur de la tempête”

La première séance du séminaire “Il faut que jeunesse se passe” a été dédiée à la traduction du poème “Au cœur de la tempête”, extrait du recueil Volcans de Pierre-Aurélien Delabre, paru aux éditions Abordo le 25 février 2019. La question du souffle, qu’il s’agisse de celui de l’engagement marxiste du jeune poète vivant à Marseille, ou de celui qui parcourt le poème, marqué par des effets sonores en cascade et porteur d’un lyrisme sous-jacent, a animé nos débats.

Le réalisme ardent

Pierre-Aurélien Delabre nous a fait l’honneur d’inaugurer l’après-midi du 7 mars 2019 en nous dévoilant sa démarche poétique, dont l’enjeu majeur repose sur la résolution du divorce apparent entre la théorie et le réel.

Ce n’est pas grave, je crois, de rencontrer la réalité avec la théorie, encore faut-il que cette dimension théorique de la rencontre avec le monde ne soit pas une fin mais un moyen, qu’elle s’articule avec une exigence tout à la fois existentielle et sociale, mais surtout, qu’elle ne se prive jamais d’accorder une importance à ce qui lui échappe.

Pierre-Aurélien Delabre

Après avoir développé l’impact de ses références hégéliennes et marxistes sur sa poésie, il nous a montré comment “Au cœur de la tempête”, poème d’ailleurs pioché au cœur même du recueil, démêlait l’opposition trompeuse qui dissocierait les auteurs des travailleurs. L’intégralité de sa présentation est disponible ici.

Traduire le souffle

Amélie Derome a ensuite soulevé les difficultés de traduction majeures qui lui semblaient inhérentes au texte. Il s’agissait, selon elle, de restituer quelque chose de la fluidité du texte, où l’on fait face au dernier souffle d’un homme qui se renouvelle et ouvre vers une renaissance dont l’issue est la rafale d’une tempête. Elle a ainsi souligné la nécessité de soigner la traduction des effets sonores, qui impriment son rythme et ses temps de respiration au poème, ainsi que celle de la traduction de l’hypotexte marxiste. Vous trouverez la totalité de sa présentation ici.

Le souffle, enfin, est peut-être celui d’un lyrisme implicite : si le poème à la troisième personne paraît prophétique, sa forme, tend à faire apparaître, en filigrane, le souffle de l’auteur, qui se fond dans la figure du poète ouvrier.

Amélie Derome

Les participants se sont enfin attelés à la traduction du poème. Les obstacles rencontrés furent souvent les mêmes : tous ont dû recourir à des choix de lexique contraints par les nombreuses allitérations du texte et la question de la polysémie du terme “éclat”, comme celle de la manière de traduire “l’homme”, dont l’aspect général ne trouve pas nécessairement d’équivalent en langue étrangère ont suscité de nombreuses interventions. Vous trouverez un échantillon des traductions réalisés pendant et après le séminaire ici.

Pierre-Aurélien Delabre, “Au coeur de la tempête”, Chiara Forlani

Aux portes de la nuit
l’homme est divisé
le cœur pauvre et le corps piétiné

mais quand il s’agit de mordre et d’aimer
il n’oublie pas la danse
animale et bouleversante

l’homme baignant dans la douce
et violente lumière d’un destin prolétaire

assume d’un même éclat
la puissance d’un corps et celui d’un poème

l’homme divisé renaît de ses cendres
Pasolini, London, tous ont contribué
au refus d’une vie tiraillée et chancelante

les poètes dans l’enclos de leur romance
les ouvriers dans le muscle et la décadence

quand il s’agit pourtant du même homme
ouvrier poète
c’est l’homme nouveau qui renaît
au cœur de la tempête.

Sulla soglia della notte
l’uomo è scisso
il cuore cavo e il corpo crocifisso
ma all’ora di mordere e d’amare
non dimentica la danza
animale e impressionante
l’uomo immerso nella truce
e dolce luce di un fato proletario
assume in un tumulto
il potere del corpo e il vigore del verso
l’uomo scisso risorge dalle ceneri
London, Pasolini, tutti hanno operato
al rigetto di una vita dilaniata e zoppicante
i poeti nell’esercizio privato dell’estro
gli operai nell’usura di sé e del galestro
ma se l’uomo è uno e insieme
operaio poeta
allora nel cuore della tempesta
è un uomo nuovo che si desta

 

Pierre-Aurélien Delabre, in Volcans, Bordeaux, Editions Abordo, 2019. Traduction de Chiara Forlani, réalisée le 7 mars 2019 lors de la séance du séminaire.

Traduction d’Amélie Derome

 

Aux portes de la nuit
l’homme est divisé
le cœur pauvre et le corps piétiné

mais quand il s’agit de mordre et d’aimer
il n’oublie pas la danse
animale et bouleversante

l’homme baignant dans la douce
et violente lumière d’un destin prolétaire

assume d’un même éclat
la puissance d’un corps et celui d’un poème

l’homme divisé renaît de ses cendres
Pasolini, London, tous ont contribué
au refus d’une vie tiraillée et chancelante

les poètes dans l’enclos de leur romance
les ouvriers dans le muscle et la décadence

quand il s’agit pourtant du même homme
ouvrier poète
c’est l’homme nouveau qui renaît
au cœur de la tempête.

 

At night’s gate
man is divided
his heart a tramp, his body trampled

but when it comes to biting and to loving
he cannot forget the dance
wild and overwhelming

man bathing in the sweet
and violent light of a proletarian fate

takes on in the same flash
the power of a body and that of a poem

man divided rises from the ashes
Pasolini, London, all did contribute
to flout a life that tugs and staggers

poets in the realm of their romance
workers both in muscle and in decadence

when they are none but the same man
a poet worker
the new man who is now reborn
in the heart of a storm.

Pierre-Aurélien Delabre, in Volcans, Bordeaux, Editions Abordo, 2019. Traduction d’Amélie Derome.

Les bonnes pratiques de la traduction littéraire et l’ATLF

Il est parfois délicat pour les traducteurs littéraires en début de carrière de se renseigner sur les pratiques éditoriales et les conditions d’exercice du métier. L’Association des Traducteurs Littéraires de France propose gratuitement de nombreux conseils pour faire valoir ses droits et mieux comprendre ses contrats.

L’ATLF a notamment publié un vade-mecum très complet de la traduction littéraire, soulignant chacune des étapes de la publication d’une traduction. Un Code des usages, qui encadre les pratiques du corps de métier a également été co-signé par l’ATLF et le Syndicat National de l’Edition.

Plusieurs enquêtes sur la rémunération sont également mises à disposition afin de mieux connaître les tarifs à pratiquer selon les types de textes traduits et les langues de travail. Entre autres ressources particulièrement utiles, on trouve un fichier permettant de créer ses feuillets – unité dont se servent les traducteurs pour tarifer leur prestation – différents renseignements sur la protection sociale, ainsi qu’une veille sur les formations disponibles. En bref, la visite du site internet de l’ATLF demeure une étape indispensable pour tous les jeunes traducteurs.

“Ne plus se pardonner…”, Simon Jardin

Ne plus se pardonner de vivre
Un soir à soi évoquer ivre
L’illusion de se réparer
Sans disposer d’outil valable
Hormis ces nudités instables
Et ces miroirs défigurés,Lorsque plus rien ne nous délivre
Et névralgie au cœur du givre,
Plus rien ne nous semble assuré,
Que nos destins deviennent fables
Et vu du ciel cibles et sables
Dans un viseur décoloré,

Le sens est perdu de survivre,
On ne meurt pas que dans les livres,
L’animal en nous égaré
Vient flairer en dessous des tables
Le jour qui vient, l’inéluctable
Où ses os seront déterrés.

Amends for living yet unmade
One night, apart, a thirst conveyed
Imagination of repair
Without a proper tool in sight
Except the naked bodies blight
Which crooked mirrors do compare,When hopes of freedom fully strayed,
Neuralgia into frost forayed
And what seemed real slipped in thin air,
May fates be fables we recite
And sands and targets seen in flight
At gunpoint tarnish unaware,

Survival sense no longer made
Death in books is life’s own trade
The stranded beast in our hearts’ lair
Sniffs under tables in a fright
The day to come, the certain plight
When its old bones will be laid bare.

Simon Jardin, in Inconsolés, produit par The Empire Company, 2019, 26 mn. Traduction d’Amélie Derome.

Wunderkammer, Franco Costantini

Wunderkammer
Wunderkammer
In un giorno di pioggia ogni risveglio
è un fallimento
e un terno al lotto
volante o stabile come il tuo disappunto.
Solo la catastrofe ci può mostrare
il tarlo che da anni mangiava il tetto,
la bufera scoperchia la struttura
e scompiglia le cornici naturali
costringe anche gli uccelli a riparare.
Tra la vanga che scava
e la pietra che suggella la fossa
la sola differenza
è un predominio della forma;
la materia non sa che sia la noia.
Nell’iniqua divisione dello spazio,
i gabbiani stanno in cima,
loro scelgono i comignoli;
poi vengono i merli.
Gli altri si spartiscono
quello che rimane,
non più grandi di un punto e virgola
le cinciallegre
si occupano dei piani bassi.
Fuori di qui, l’esplicito presidia
ogni angolo del centro,
ci tocca allora lavorar nell’ombra.
La vita in questo mondo è l’eccezione.
Ma nella mia mente
che accumula l’uguale
io cerco una vendetta sulle cose.
Par un jour de pluie
tout réveil est un échec
et un quitte ou double
volant ou stable comme ton mécontentement.
Seule la catastrophe peut nous montrer
le ver qui depuis des années mangeait le toit;
la tourmente arrache la structure
et perturbe les cadres naturels,
oblige même les oiseaux à s’abriter.
Entre la bêche qui creuse
et la pierre qui scelle la fosse
la seule différence
est une prédominance de la forme;
la matière ne sait pas ce que c’est l’ennui.
Dans l’inéquitable division de l’espace,
les goélands sont au sommet
ils choisissent les cheminées;
puis viennent les merles.
Les autres se partagent
ce qui reste,
pas plus grandes qu’un point virgule
les mésanges
s’occupent des bas étages.
Hors d’ici, l’explicite préside
tous les coins du centre,
on est obligé de travailler dans l’ombre.
La vie dans ce monde est l’exception.
Mais dans mon esprit
qui accumule l’égal
je cherche une vengeance sur les choses.
Franco Costantini Traduction de Franco Costantini

Quels dictionnaires utiliser pour traduire la poésie ?

Traduire sans dictionnaire, voilà une tâche qui semble plus difficile encore que celle de traduire la poésie. Voici une sélection des différents types de dictionnaires où puiser pour traduire.

Dictionnaire bilingue ou unilingue ?

De nombreux traducteurs privilégient le recours aux dictionnaires unilingues. Si le dictionnaire bilingue demeure une option possible en cas de “panne”, les dictionnaires unilingues et leurs définitions donnent de meilleures informations sur la polysémie et les connotations d’un terme donné. Le Robert demeure une référence fiable pour le français. On pourra également parcourir le Littré, disponible en ligne, pour les textes anciens. Pour l’anglais britannique, penser à consulter les dictionnaires Oxford, dont l’équivalent américain est le Merriam Webster. En cas de “trou”, le dictionnaire bilingue en ligne Wordreference demeure satisfaisant

Les dictionnaires de synonymes

Ces derniers s’avèrent particulièrement utiles afin d’affiner ses choix car ils ont l’avantage de présenter de nombreuses options possibles. Ils permettent bien souvent de trancher en cas d’hésitation de registre ou de connotations inhérente au terme traduit. Les Atlas sémantiques du CNRS sont d’une très grande qualité.

Les dictionnaires de rimes

Si vous optez pour une traduction rimée, les dictionnaires de rimes s’avéreront indispensables. Le Dictionnaire des rimes en français propose des filtres par rimes pauvres, suffisantes ou riches. Rhymezone, pour l’anglais, fonctionne sensiblement de la même manière.