Comment éditer la poésie aujourd’hui ? Entretien avec Frédéric Paquet, cofondateur de la maison d’édition Abordo

Si le séminaire Il faut que jeunesse de passe fait la part belle aux jeunes poètes, il aspire également à réunir les acteurs français de la poésie contemporaine. Comment édite-t-on la poésie en France ? Une vaste et belle question, à laquelle Frédéric Paquet, cofondateur de la maison d’édition Abordo et éditeur de Pierre-Aurélien Delabre, nous a fourni quelques éléments de réponse.

Comment LA MAISON d’édition abordo est-elle née ?
Abordo est né pour être un moteur de diffusion de la poésie contemporaine, mais aussi ouvert à tout projet d’édition en relation avec une expression expérimentale. Nous voulons aller à la rencontre de nouveaux auteurs, défendre la diversité culturelle et le développement des identités locales.
Le nom ABORDO paraît s’enraciner dans les régions du sud : comment le choix de mettre en valeur des auteurs de ces territoires s’est-il imposé ?
Abordo” qui s’apparente au terme nautique castillan veut dire “À bord ! Embarquez !” C’est aussi la transcription phonétique française de “À Bordeaux”, ville où la maison a été créée en 2009.
Mais tout cela ne doit pas nous marquer “Sud”. Le Sud de quoi d’ailleurs ? Ne sommes-nous pas au Nord de la Gascogne, un des territoires occitans ? Par cette situation géographique, qui est fruit de quelques hasards, nous avons été en contact avec la langue d’òc, et avons d’ailleurs édité deux livres bilingue occitan/français. Si nous avions été en Bretagne ou bien en Alsace, sans doute aurions-nous publié des livres dans la langue du territoire.
Ensuite, il est plus facile de travailler avec des auteurs et des librairies qui sont à proximité de nous, et puis par goût personnel, nous préférons porter nos livres vers la mer Méditerranée plutôt que vers la mer du Nord, même si nos aimons aussi cette dernière.
vous avez commencé par publier des livrets de théâtre. La poésie vous paraissait-elle une suite logique ? Qu’est-ce qui a motivé votre envie de publier la poésie ?
Ayant un des deux fondateurs de la maison qui fut longtemps professeur de théâtre, nous avons publié quatre de ses livrets de théâtre. Mais nous sommes surtout une maison qui se dédie à la poésie, et les textes de théâtre contemporain ne se vendent que si les pièces sont jouées, ce qui est très rarement notre cas… De plus, nous n’avions pas dès le départ l’intention d’être vraiment un éditeur de pièces de théâtre…
Vous  alternez les textes patrimoniaux et les nouveautés : comment pensez-vous cette articulation ?
Oui, nous sommes engagés dans la défense culturelle de tous les territoires, de l’époque moderne (1850/1950) et de la contemporaine jusqu’à d’aujourd’hui. Pas d’alternance sinon : nous éditons juste selon le livre qui est prêt pour publication.
Que mettez-vous en avant dans chacune de vos collections de poésie ?
Nous avons 3 collections actives, et celle pour le théâtre qui est dormante :
Quan Garona monte (Quand la Garonne monte / Quand la mer monte) : auteurs d’aujourd’hui en récit et prose poétique. L’Appel du large : écritures actuelles, premier livre des jeunes poètes. La Lanterne du Passeur : auteurs disparus dont les écrits poétiques sont encore vivants aujourd’hui. Nous avons aussi du hors collection pour la poésie contemporaine qui ne rentre pas dans le cadre de nos trois collections. Et même bientôt du hors série pour l’exceptionnel…
Qu’est-ce qui retient votre attention dans un manuscrit de poésie ?
En premier lieu, nous ne sommes pas en recherche de la joliesse, mais plutôt de la sincérité des mots et des textes. Ce qui paraît nouveau est aussi un atout. La force de travail produit par l’auteur doit aussi être ressentie dans son texte, loin du cliché redondant disant que le poète serait seulement touché par une sorte de grâce divine, qu’il cracherait d’un jet sur la page blanche un texte parfait. Nous aimons sentir l’engagement et la réflexion du poète dans le processus poétique. En effet, l’art, abstrait ou non, n’est pas aléatoire, il requiert de l’effort dans le travail.
Quelle est la place de la poésie traduite au sein de votre maison ?
La même place que pour toutes les poésies qui, selon nos critères, seraient de la bonne poésie.
Quelques mots, enfin, sur l’avenir d’Abordo ?
Nous avons en préparations un auteur en Hors collection pour le mois de mai : Martin Wable. Et un autre en septembre pour Quan Garona monta : Jean-Luc Aribaud.
Mais en ce moment, nous travaillons surtout à la prochaine publication de nos deux premiers hors série : Cet été, un livre-cédérom : Sus la Talvera (En Marge) de Carles Diaz. Un texte en prose poétique, bilingue français/occitan, mis en musique électro-techno pour être produit également en public ; ce qui permettra, nous l’espérons, d’amener un public différent, sans doute plus jeune vers la poésie contemporaine, et vers une langue de France vivante et riche : l’occitan.
Et cet automne, une anthologie poétique : Du Feu que nous sommes. Un gros et bel ouvrage qui regroupera 64 poètes venant de divers horizons (Français, Berbère, Syrien, Espagnol, Brésilien, Gascon, Chilien, …), et qui nous permettra de fêter nos 10 années d’existence.
Propos recueillis par Amélie Derome.

Les bonnes pratiques de la traduction littéraire et l’ATLF

Il est parfois délicat pour les traducteurs littéraires en début de carrière de se renseigner sur les pratiques éditoriales et les conditions d’exercice du métier. L’Association des Traducteurs Littéraires de France propose gratuitement de nombreux conseils pour faire valoir ses droits et mieux comprendre ses contrats.

L’ATLF a notamment publié un vade-mecum très complet de la traduction littéraire, soulignant chacune des étapes de la publication d’une traduction. Un Code des usages, qui encadre les pratiques du corps de métier a également été co-signé par l’ATLF et le Syndicat National de l’Edition.

Plusieurs enquêtes sur la rémunération sont également mises à disposition afin de mieux connaître les tarifs à pratiquer selon les types de textes traduits et les langues de travail. Entre autres ressources particulièrement utiles, on trouve un fichier permettant de créer ses feuillets – unité dont se servent les traducteurs pour tarifer leur prestation – différents renseignements sur la protection sociale, ainsi qu’une veille sur les formations disponibles. En bref, la visite du site internet de l’ATLF demeure une étape indispensable pour tous les jeunes traducteurs.

Quels dictionnaires utiliser pour traduire la poésie ?

Traduire sans dictionnaire, voilà une tâche qui semble plus difficile encore que celle de traduire la poésie. Voici une sélection des différents types de dictionnaires où puiser pour traduire.

Dictionnaire bilingue ou unilingue ?

De nombreux traducteurs privilégient le recours aux dictionnaires unilingues. Si le dictionnaire bilingue demeure une option possible en cas de “panne”, les dictionnaires unilingues et leurs définitions donnent de meilleures informations sur la polysémie et les connotations d’un terme donné. Le Robert demeure une référence fiable pour le français. On pourra également parcourir le Littré, disponible en ligne, pour les textes anciens. Pour l’anglais britannique, penser à consulter les dictionnaires Oxford, dont l’équivalent américain est le Merriam Webster. En cas de “trou”, le dictionnaire bilingue en ligne Wordreference demeure satisfaisant

Les dictionnaires de synonymes

Ces derniers s’avèrent particulièrement utiles afin d’affiner ses choix car ils ont l’avantage de présenter de nombreuses options possibles. Ils permettent bien souvent de trancher en cas d’hésitation de registre ou de connotations inhérente au terme traduit. Les Atlas sémantiques du CNRS sont d’une très grande qualité.

Les dictionnaires de rimes

Si vous optez pour une traduction rimée, les dictionnaires de rimes s’avéreront indispensables. Le Dictionnaire des rimes en français propose des filtres par rimes pauvres, suffisantes ou riches. Rhymezone, pour l’anglais, fonctionne sensiblement de la même manière.