Traduction de Chiara Forlani vers l’italien

Ne plus se pardonner de vivre
Un soir à soi évoquer ivre
L’illusion de se réparer
Sans disposer d’outil valable
Hormis ces nudités instables
Et ces miroirs défigurés,

Lorsque plus rien ne nous délivre
Et névralgie au cœur du givre,
Plus rien ne nous semble assuré,
Que nos destins deviennent fables
Et vu du ciel cibles et sables
Dans un viseur décoloré,

Le sens est perdu de survivre,
On ne meurt pas que dans les livres,
L’animal en nous égaré
Vient flairer en dessous des tables
Le jour qui vient, l’inéluctable
Où ses os seront déterrés.

Assolversi dell’essere vivi
Inventare una sera di vini
Il sogno di riaggiustarsi con sé
Essendo però a corto di arnesi
Tranne certi spogli e incerti corpi,
Salvo questi sfigurati specchi,

Quando invano invochiamo il sollievo
E avvolti in vapore nevralgico,
Assoluto è il dissesto del senso,
Il nostro andare un racconto arido,
E scolorito un mirino mostra,
fissando sabbia e salma celeste,

Una vita svuotata di voglie,
Ché oltre i versi la vanga scava,
La bestia già smarrita in noi stessi
Prende a fiutare col grugno a terra
Il giorno che verrà a riesumare
I suoi ossi sputati dal suolo

Simon Jardin, in Voies de disparition, Paris, Editions du Cerf, 2019, p. 9. Traduction de Chiara Forlani.

Traduction vers l’italien d’Emma Ayasse

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

La confessione

(La piccola cantina)

MARJANE
Vorrei dirle qualcosa.
È come una confessione.

LÉO
La ascolto… Quale è il suo nome ?

MARJANE
Marjane.
(un breve tempo)
Forse.

LÉO
La ascolto, Marjane.

MARJANE
E vero, non sono sicura, al momento, di chi sono, da dove vengo né quello che diventerò.
E vero, ho dei pipistrelli nella mia pancia che mi stanno mangiando .
Ma ho anche qualcosa altro, nella pancia.
Come una voglia.
Ma non è come una voglia di mangiare un gelato alla fragola, è una voglia molto più tenace, molto più necessaria.
La chiamiamo « voglia », ma in realtà è (solo) un bisogno.
Ho bisogno di questo come un naufragato ha bisogno di assicurarsi che è (ancora) vivo picchiandosi in piena faccia.

LÉO
Di cosa ha bisogna, Marjane ?

MARJANE
Avevo fame, allora ho mangiato.
Poi dovevo pisciare, e l’ho fatto.
Adesso, ho un altro bisogno, quindi cerco un modo per soddisfare anche quello.
Ho controllato i riflessi di questo corpo, ha mangiato e ha bevuto, ha dormito, e ora ha bisogno di fare questa cosa,
Ma questa cosa non si fa da soli.
(parlando velocemente)
Forse anche lei, ha bisogno di controllare lo stato vitale del suo corpo o di rassicurarsi del suo corretto funzionamento,
o magari ne ha voglia solo per capriccio, come il bambino che vuole mangiare il gelato alla fragola.
Non mi importano le sue motivazioni, le chiedo assistenza.
(Si avvicina e tende il braccio verso di Léo, che la sta guardando, l’aria impassibile. Tocca       la sua guancia, Léo non reagisce. Marjane toglie la mano.)
Mi scuso.
Non ci conosciamo,  mi manca l’educazione.

LÉO
Perché ha pensato a questa cosa, ora, di fronte a me ?

MARJANE
Era una tentative per scacciare il vuoto con l’azione. Scusi.

LÉO
E solo una piccola brutta abitudine alla quale è stata addestrata fin dalla più giovane età.
Confonde – e la confusione può essere grave in certe circostanze – una cosa con l’altra.
Chiedere a uno sconosciuto una tale cosa in queste circostanzi… può rivelarsi un grave errore.
E fortunata, Signorina, Signora piuttosto, che sia un uomo che controlla i suoi istinti. Un altro uomo avrebbe –

MARJANE
Non ha né bisogno né voglia, giusto ?
Lo vedo nei suoi occhi.
Qualcosa rimane spento, che avrebbe dovuto accendersi.

LÉO
Qui non è né il luogo né il momento per farmi la domanda dei miei bisogni e delle mie voglie.
Non ho il lusso di farmi queste domande.

MARJANE
La chiama lusso ? Io tento di sapere se sono viva.

 

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction d’Emma Ayasse vers l’italien.

Traduction vers l’anglais de Lucie Houdu

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

The confession

(In the small cave)

MARJANE
There is something I would like to tell you.
It’s a kind of confession.

LEO
Go ahead… What is your first name?

MARJANE
Marjane.
(After a short while.)
Perhaps.

LEO
Go ahead, Marjane.

MARJANE
It is true that I don’t really know, at the moment, who I am, where I come from and what will become of me.
It is true that I have bats in my stomach which are eating me up.
But I have something else, something more, in my stomach.
It’s a kind of craving.
But it’s not like when you crave for a strawberry ice cream, it is a much more pressing, much more urgent craving.
People call it a craving, but actually it’s a need.
I feel a need of it like a castaway who needs to hit his own face to make sure he is alive.

LEO
What do you need, Marjane?

MARJANE (feeling ill at ease)
I was hungry, so I ate.
Then I needed to pee, and I did it.
Now, I’ve got another need, so I am looking for a way to satisfy it too.
I have checked out that this body responds well, it has eaten and drunk, it has slept, and now, it still needs to do this thing.
But this thing cannot be done alone.
(speaking fast)
Maybe you too, you need to check out the vital state of your body or to make sure it works well.
Or maybe you only fancy it as a whim, as the child who wants to eat the strawberry ice cream.
Whatever your reasons, I’m only asking you to come to my assistance.
(She comes closer to him and slowly extends her arm toward Leo, who is looking at her, impassively. She brushes his cheek, Leo does not stir. Marjane takes her hand back.)
My apologies.
We don’t know each other, I’m not very polite.

LEO
Why have you thought about this thing, right now, in front of me?

MARJANE
It was an attempt to get rid of emptiness through action. Sorry.

LEO
It’s just a filthy little habit to which you’ve been used since you were a child.
You mistake -and mistaking can be very serious in some circumstances- one thing for another.
Asking to a complete stranger such a thing in these circumstances… Can be a serious mistake.
You are very lucky, Miss, or should I say Mrs., I’m a man who controls his instincts. Another man would have-

MARJANE
You don’t have any need or craving, do you?
I can see it in your eyes.
Something is still dormant, something which should have been triggered.

LEO
This is neither the place nor the time to ask me about my needs and cravings.
I can’t allow myself the luxury to wonder about these questions.

MARJANE
Luxury, that’s what you call it? As for me, I try to know whether I’m alive or not.

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction de Lucie Houdu vers l’anglais.

Traduction d’Amélie Derome vers l’anglais

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut
manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air
impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

 

 

 

The confession

(In the small basement.)

MARJANE
I’d like to tell you something.
As a confession.

LEO
I’m listening… What’s your name?

MARJANE
Marjane.
(A small pause.)
Perhaps.

LÉO
I’m listening, Marjane.

MARJANE
I have to admit, for the time being, that I am quite unaware of who I am, where I come from and what is to become of me.
I have to admit that I have bats in my guts, gnawing at me.
But I do have something else in my guts.
A craving, if you will.
Not a craving for strawberry ice cream however, but a stronger, a more pressing craving.
They call it a craving but actually, it is more of a need.
I need it like a castaway needs to make sure that he is alive by hitting his own face.

LEO
What is it that you need, Marjane?

MARJANE (embarrassed)
I was hungry, so I ate.
Then I needed to take a piss, so I took it.
Now, there is something else that I need, so I am trying to find a means to fulfil it as well.
I have checked that this body hasn’t lost its reflexes, it has eaten and drunk, it has slept, and now it still needs to do this one thing,
Yet this thing cannot be done alone.
(Talking quickly.)
You might also need yourself, perhaps, to check the vital state of your body or to make sure it is properly functioning,
Or perhaps do you only feel a craving grow into a tantrum, as the child who wants to eat strawberry ice cream.
Your motives do not matter to me: I only seek your help.
(She comes closer to Leo and slowly stretches her arm out towards him. He stares at her, unblinking. She touches Leo’s cheek, he does not react. Marjane withdraws her hand.)
I am sorry.
We barely know each other; I have no manners.

LEO
Why did you think of this thing, now, in front of me?

MARJANE
It was an attempt to chase the void through action. I am sorry.

LEO
It is but a dirty little habit that was imposed on you ever since you were a girl.
You have mistaken – and mistakes can be very serious under certain circumstances – a thing with another.
Asking such a thing from a stranger under these circumstances… can lead to huge mistakes.
You are lucky, Miss, or Misses, rather, that I am a man who has his instincts under control. Another man would have –

MARJANE
You neither need or crave, do you?
I can see it in your eyes.
Something stays out, that should have been turned on.

LEO
Here and now are neither the time or place to ask me about my needs and cravings. I do not have the luxury to wander about these things.

MARJANE
You call it a luxury then? I am trying to find out whether I am alive.

 

 

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction d’Amélie Derome vers l’anglais.

Traduction de Chiara Forlani vers l’italien

WUNDERKAMMER
WUNDERKAMMER
Par un jour de pluie
tout réveil est un échec
et un quitte ou double
volant ou stable comme ton mécontentement.
Seule la catastrophe peut nous montrer
le ver qui depuis des années mangeait le toit;
la tourmente arrache la structure
et perturbe les cadres naturels,
oblige même les oiseaux à s’abriter.
Entre la bêche qui creuse
et la pierre qui scelle la fosse
la seule différence
est une prédominance de la forme;
la matière ne sait pas ce que c’est l’ennui.
Dans l’inéquitable division de l’espace,
les goélands sont au sommet
ils choisissent les cheminées;
puis viennent les merles.
Les autres se partagent
ce qui reste,
pas plus grandes qu’un point virgule
les mésanges
s’occupent des bas étages.
Hors d’ici, l’explicite préside
tous les coins du centre,
on est obligé de travailler dans l’ombre.
La vie dans ce monde est l’exception.
Mais dans mon esprit
qui accumule l’égal
je cherche une vengeance sur les choses.
In un giorno di piogga
ogni risveglio è un tracollo
e un lancio di dadi
volanti o saldi come il tuo scontento.
Soltanto la catastrofe può scoprire
il tarlo che da anni ci rosica il tetto;
la tormenta squarta la struttura
e stravolge le gerarchie naturali,
spinge persino gli uccelli al riparo.
Tra la pala che vanga
e la pietra che spranga la fossa
la sola differenza
è un predominio della forma;
la noia alla materia è ignota.
Nell’iniqua divisione dello spazio,
i gabbiani prendono la cima
scelgono i camini;
seguono i merli
Gli altri si spartiscono
quel che resta,
non più grandi di un punto e virgola
le cinciallegre
occupano i piani bassi.
Fuori di qui, l’esplicito presidia
ogni angolo del centro,
non ci resta che radere i muri.
La vita in questo mondo è l’eccezione.
Ma nella mia mente
che accumula l’analogo
cerco una vendetta sulle cose.
Franco Costantini Traduction de Chiara Forlani

 

Traduction de Lucie Houdu vers l’anglais

Wunderkammer
Wunderkammer
Par un jour de pluie
tout réveil est un échec
et un quitte ou double
volant ou stable comme ton mécontentement.
Seule la catastrophe peut nous montrer
le ver qui depuis des années mangeait le toit;
la tourmente arrache la structure
et perturbe les cadres naturels,
oblige même les oiseaux à s’abriter.
Entre la bêche qui creuse
et la pierre qui scelle la fosse
la seule différence
est une prédominance de la forme;
la matière ne sait pas ce que c’est l’ennui.
Dans l’inéquitable division de l’espace,
les goélands sont au sommet
ils choisissent les cheminées;
puis viennent les merles.
Les autres se partagent
ce qui reste,
pas plus grandes qu’un point virgule
les mésanges
s’occupent des bas étages.
Hors d’ici, l’explicite préside
tous les coins du centre,
on est obligé de travailler dans l’ombre.
La vie dans ce monde est l’exception.
Mais dans mon esprit
qui accumule l’égal
je cherche une vengeance sur les choses.
On a rainy day
waking up is always a defeat
and a hit-or-miss situation
flying or stable as your discontent.
Only the disaster can show us
the worm which for years had been eating the roof;
the storm tears off the structure
and disrupts the natural frames,
it even forces the birds to take shelter.
Between the spade digging
and the stone sealing the grave
the only difference
is a predominance of the shape;
matter does not know what boredom means.
Within the unfair division of space,
the gulls are at the top,
they choose the chimneys;
then come the blackbirds.
The others share out
what’s left,
no bigger than semi-colons
the titmouses
are busy with the lower floors.
Out of here, the explicit presides over
every corner of the center,
one must work in the shadows.
Living in this world is the exception.
But in my mind
hoarding the equal
I am looking for a revenge on things.
Franco Costantini Traduction de Lucie Houdu

Traduction d’Amélie Derome vers l’anglais

WUNDERKAMMER
WUNDERKAMMER
Par un jour de pluie
tout réveil est un échec
et un quitte ou double
volant ou stable comme ton mécontentement.
Seule la catastrophe peut nous montrer
le ver qui depuis des années mangeait le toit;
la tourmente arrache la structure
et perturbe les cadres naturels,
oblige même les oiseaux à s’abriter.
Entre la bêche qui creuse
et la pierre qui scelle la fosse
la seule différence
est une prédominance de la forme;
la matière ne sait pas ce que c’est l’ennui.
Dans l’inéquitable division de l’espace,
les goélands sont au sommet
ils choisissent les cheminées;
puis viennent les merles.
Les autres se partagent
ce qui reste,
pas plus grandes qu’un point virgule
les mésanges
s’occupent des bas étages.
Hors d’ici, l’explicite préside
tous les coins du centre,
on est obligé de travailler dans l’ombre.
La vie dans ce monde est l’exception.
Mais dans mon esprit
qui accumule l’égal
je cherche une vengeance sur les choses.
On rainy days
to wake is a miscarry
a form of hit-or-miss,
that flies or bides as does your discontent.
Nothing but disaster can reveal
the worm which had been gnawing at the roof;
turmoil shatters structure
and troubles natural frames,
it even causes birds to shelter.
Between the digging spade
And grave-sealing stone
the only difference
is prevalence of form;
matter is devoid of boredom.
In space’s inequitable division,
seagulls soar on top
and choose their chimneys;
Blackbirds come in turn.
The rest is left to share
The remnants.
No larger than a semi-colon
blue tits
deal with lower grounds.
Out of here, the explicit presides
over every corner of the centre,
one is made to bustle in the shadows.
Life in this world is an exception.
Yet in my mind
which equal piles
I seek revenge upon all things.
Franco Costantini Traduction d’Amélie Derome

Traduction de Mélisandre Labrande vers l’anglais

WUNDERKAMMER
WUNDERKAMMER
In un giorno di pioggia ogni risveglio
è un fallimento
e un terno al lotto
volante o stabile come il tuo disappunto.
Solo la catastrofe ci può mostrare
il tarlo che da anni mangiava il tetto,
la bufera scoperchia la struttura
e scompiglia le cornici naturali
costringe anche gli uccelli a riparare.
Tra la vanga che scava
e la pietra che suggella la fossa
la sola differenza
è un predominio della forma;
la materia non sa che sia la noia.
Nell’iniqua divisione dello spazio,
i gabbiani stanno in cima,
loro scelgono i comignoli;
poi vengono i merli.
Gli altri si spartiscono
quello che rimane,
non più grandi di un punto e virgola
le cinciallegre
si occupano dei piani bassi.
Fuori di qui, l’esplicito presidia
ogni angolo del centro,
ci tocca allora lavorar nell’ombra.
La vita in questo mondo è l’eccezione.
Ma nella mia mente
che accumula l’uguale
io cerco una vendetta sulle cose.
On a rainy day, waking up
Has to be failing,
Against the odds
Fluttering or stable, as is your discontent.
Only the disaster can unveil
The worm that had been eating up the roof for years;
The tempest tears off the structure
And reshuffles the natural frames,
Forcing even the birds to take shelter.
Between the spade, to dig
And the gravestone, to seal
The only difference
Is a prevailing of form;
Matter doesn’t know what melancholy is.
In the erratic partitioning of space,
Seagulls stay on top,
Chimneys are theirs;
Then come the blackbirds.
The others deal among themselves
What is left,
No bigger than a semi-colon
The chickadees
Take care of the lower floors.
Outside reigns the explicit
On each corner of the centre
We have to work in the dark.
Life in this world is the exception.
But in my mind
That piles up the same on same
I am seeking revenge on things.
Franco Costantini Traduction de Mélisandre Labrande

Traduction d’Emma Ayasse vers le français

WUNDERKAMMER
WUNDERKAMMER
In un giorno di pioggia ogni risveglio
è un fallimento
e un terno al lotto
volante o stabile come il tuo disappunto.
Solo la catastrofe ci può mostrare
il tarlo che da anni mangiava il tetto,
la bufera scoperchia la struttura
e scompiglia le cornici naturali
costringe anche gli uccelli a riparare.
Tra la vanga che scava
e la pietra che suggella la fossa
la sola differenza
è un predominio della forma;
la materia non sa che sia la noia.
Nell’iniqua divisione dello spazio,
i gabbiani stanno in cima,
loro scelgono i comignoli;
poi vengono i merli.
Gli altri si spartiscono
quello che rimane,
non più grandi di un punto e virgola
le cinciallegre
si occupano dei piani bassi.
Fuori di qui, l’esplicito presidia
ogni angolo del centro,
ci tocca allora lavorar nell’ombra.
La vita in questo mondo è l’eccezione.
Ma nella mia mente
che accumula l’uguale
io cerco una vendetta sulle cose.
Par un jour de pluie chaque réveil
est une faillite
est un pari
volatile ou statique comme ton déplaisir.
Seule la tempête peut nous dévoiler
le ver qui depuis des années grignotait le toit,
la tourmente découvre la charpente
et balaie les cadres naturels
contraignant même les oiseaux à s’abriter.
De la bêche qui creuse
à la pierre qui scelle la fosse
une seule différence :
la prédominance de la forme;
la matière ne connaît pas la lassitude.
Dans l’inéquitable division de l’espace,
les goélands sont au sommet,
eux choisissent les cheminées;
puis viennent les merles.
Les autres se répartissent
ce qui reste,
pas plus grandes qu’un point-virgule
les mésanges
remplissent les niveaux inférieurs
Hors d’ici, l’explicite occupe
les moindres recoins du centre,
nous devons travailler dans l’ombre.
La vie se fait rare dans ce monde.
Et dans mon esprit
qui amasse le même
contre les choses je cherche : vendetta.
Franco Costantini Traduction d’Emma Ayasse

Pierre-Aurélien Delabre, « Au coeur de la tempête »

La première séance du séminaire « Il faut que jeunesse se passe » a été dédiée à la traduction du poème « Au cœur de la tempête », extrait du recueil Volcans de Pierre-Aurélien Delabre, paru aux éditions Abordo le 25 février 2019. La question du souffle, qu’il s’agisse de celui de l’engagement marxiste du jeune poète vivant à Marseille, ou de celui qui parcourt le poème, marqué par des effets sonores en cascade et porteur d’un lyrisme sous-jacent, a animé nos débats.

Le réalisme ardent

Pierre-Aurélien Delabre nous a fait l’honneur d’inaugurer l’après-midi du 7 mars 2019 en nous dévoilant sa démarche poétique, dont l’enjeu majeur repose sur la résolution du divorce apparent entre la théorie et le réel.

Ce n’est pas grave, je crois, de rencontrer la réalité avec la théorie, encore faut-il que cette dimension théorique de la rencontre avec le monde ne soit pas une fin mais un moyen, qu’elle s’articule avec une exigence tout à la fois existentielle et sociale, mais surtout, qu’elle ne se prive jamais d’accorder une importance à ce qui lui échappe.

Pierre-Aurélien Delabre

Après avoir développé l’impact de ses références hégéliennes et marxistes sur sa poésie, il nous a montré comment « Au cœur de la tempête », poème d’ailleurs pioché au cœur même du recueil, démêlait l’opposition trompeuse qui dissocierait les auteurs des travailleurs. L’intégralité de sa présentation est disponible ici.

Traduire le souffle

Amélie Derome a ensuite soulevé les difficultés de traduction majeures qui lui semblaient inhérentes au texte. Il s’agissait, selon elle, de restituer quelque chose de la fluidité du texte, où l’on fait face au dernier souffle d’un homme qui se renouvelle et ouvre vers une renaissance dont l’issue est la rafale d’une tempête. Elle a ainsi souligné la nécessité de soigner la traduction des effets sonores, qui impriment son rythme et ses temps de respiration au poème, ainsi que celle de la traduction de l’hypotexte marxiste. Vous trouverez la totalité de sa présentation ici.

Le souffle, enfin, est peut-être celui d’un lyrisme implicite : si le poème à la troisième personne paraît prophétique, sa forme, tend à faire apparaître, en filigrane, le souffle de l’auteur, qui se fond dans la figure du poète ouvrier.

Amélie Derome

Les participants se sont enfin attelés à la traduction du poème. Les obstacles rencontrés furent souvent les mêmes : tous ont dû recourir à des choix de lexique contraints par les nombreuses allitérations du texte et la question de la polysémie du terme « éclat », comme celle de la manière de traduire « l’homme », dont l’aspect général ne trouve pas nécessairement d’équivalent en langue étrangère ont suscité de nombreuses interventions. Vous trouverez un échantillon des traductions réalisés pendant et après le séminaire ici.

Pierre-Aurélien Delabre, « Au coeur de la tempête », Chiara Forlani

Aux portes de la nuit
l’homme est divisé
le cœur pauvre et le corps piétiné

mais quand il s’agit de mordre et d’aimer
il n’oublie pas la danse
animale et bouleversante

l’homme baignant dans la douce
et violente lumière d’un destin prolétaire

assume d’un même éclat
la puissance d’un corps et celui d’un poème

l’homme divisé renaît de ses cendres
Pasolini, London, tous ont contribué
au refus d’une vie tiraillée et chancelante

les poètes dans l’enclos de leur romance
les ouvriers dans le muscle et la décadence

quand il s’agit pourtant du même homme
ouvrier poète
c’est l’homme nouveau qui renaît
au cœur de la tempête.

Sulla soglia della notte
l’uomo è scisso
il cuore cavo e il corpo crocifisso
ma all’ora di mordere e d’amare
non dimentica la danza
animale e impressionante
l’uomo immerso nella truce
e dolce luce di un fato proletario
assume in un tumulto
il potere del corpo e il vigore del verso
l’uomo scisso risorge dalle ceneri
London, Pasolini, tutti hanno operato
al rigetto di una vita dilaniata e zoppicante
i poeti nell’esercizio privato dell’estro
gli operai nell’usura di sé e del galestro
ma se l’uomo è uno e insieme
operaio poeta
allora nel cuore della tempesta
è un uomo nuovo che si desta

 

Pierre-Aurélien Delabre, in Volcans, Bordeaux, Editions Abordo, 2019. Traduction de Chiara Forlani, réalisée le 7 mars 2019 lors de la séance du séminaire.

Traduction d’Amélie Derome

 

Aux portes de la nuit
l’homme est divisé
le cœur pauvre et le corps piétiné

mais quand il s’agit de mordre et d’aimer
il n’oublie pas la danse
animale et bouleversante

l’homme baignant dans la douce
et violente lumière d’un destin prolétaire

assume d’un même éclat
la puissance d’un corps et celui d’un poème

l’homme divisé renaît de ses cendres
Pasolini, London, tous ont contribué
au refus d’une vie tiraillée et chancelante

les poètes dans l’enclos de leur romance
les ouvriers dans le muscle et la décadence

quand il s’agit pourtant du même homme
ouvrier poète
c’est l’homme nouveau qui renaît
au cœur de la tempête.

 

At night’s gate
man is divided
his heart a tramp, his body trampled

but when it comes to biting and to loving
he cannot forget the dance
wild and overwhelming

man bathing in the sweet
and violent light of a proletarian fate

takes on in the same flash
the power of a body and that of a poem

man divided rises from the ashes
Pasolini, London, all did contribute
to flout a life that tugs and staggers

poets in the realm of their romance
workers both in muscle and in decadence

when they are none but the same man
a poet worker
the new man who is now reborn
in the heart of a storm.

Pierre-Aurélien Delabre, in Volcans, Bordeaux, Editions Abordo, 2019. Traduction d’Amélie Derome.

« Ne plus se pardonner… », Simon Jardin

Ne plus se pardonner de vivre
Un soir à soi évoquer ivre
L’illusion de se réparer
Sans disposer d’outil valable
Hormis ces nudités instables
Et ces miroirs défigurés,Lorsque plus rien ne nous délivre
Et névralgie au cœur du givre,
Plus rien ne nous semble assuré,
Que nos destins deviennent fables
Et vu du ciel cibles et sables
Dans un viseur décoloré,

Le sens est perdu de survivre,
On ne meurt pas que dans les livres,
L’animal en nous égaré
Vient flairer en dessous des tables
Le jour qui vient, l’inéluctable
Où ses os seront déterrés.

Amends for living yet unmade
One night, apart, a thirst conveyed
Imagination of repair
Without a proper tool in sight
Except the naked bodies blight
Which crooked mirrors do compare,When hopes of freedom fully strayed,
Neuralgia into frost forayed
And what seemed real slipped in thin air,
May fates be fables we recite
And sands and targets seen in flight
At gunpoint tarnish unaware,

Survival sense no longer made
Death in books is life’s own trade
The stranded beast in our hearts’ lair
Sniffs under tables in a fright
The day to come, the certain plight
When its old bones will be laid bare.

Simon Jardin, in Inconsolés, produit par The Empire Company, 2019, 26 mn. Traduction d’Amélie Derome.

Wunderkammer, Franco Costantini

Wunderkammer
Wunderkammer
In un giorno di pioggia ogni risveglio
è un fallimento
e un terno al lotto
volante o stabile come il tuo disappunto.
Solo la catastrofe ci può mostrare
il tarlo che da anni mangiava il tetto,
la bufera scoperchia la struttura
e scompiglia le cornici naturali
costringe anche gli uccelli a riparare.
Tra la vanga che scava
e la pietra che suggella la fossa
la sola differenza
è un predominio della forma;
la materia non sa che sia la noia.
Nell’iniqua divisione dello spazio,
i gabbiani stanno in cima,
loro scelgono i comignoli;
poi vengono i merli.
Gli altri si spartiscono
quello che rimane,
non più grandi di un punto e virgola
le cinciallegre
si occupano dei piani bassi.
Fuori di qui, l’esplicito presidia
ogni angolo del centro,
ci tocca allora lavorar nell’ombra.
La vita in questo mondo è l’eccezione.
Ma nella mia mente
che accumula l’uguale
io cerco una vendetta sulle cose.
Par un jour de pluie
tout réveil est un échec
et un quitte ou double
volant ou stable comme ton mécontentement.
Seule la catastrophe peut nous montrer
le ver qui depuis des années mangeait le toit;
la tourmente arrache la structure
et perturbe les cadres naturels,
oblige même les oiseaux à s’abriter.
Entre la bêche qui creuse
et la pierre qui scelle la fosse
la seule différence
est une prédominance de la forme;
la matière ne sait pas ce que c’est l’ennui.
Dans l’inéquitable division de l’espace,
les goélands sont au sommet
ils choisissent les cheminées;
puis viennent les merles.
Les autres se partagent
ce qui reste,
pas plus grandes qu’un point virgule
les mésanges
s’occupent des bas étages.
Hors d’ici, l’explicite préside
tous les coins du centre,
on est obligé de travailler dans l’ombre.
La vie dans ce monde est l’exception.
Mais dans mon esprit
qui accumule l’égal
je cherche une vengeance sur les choses.
Franco Costantini Traduction de Franco Costantini