Traduction vers l’italien d’Emma Ayasse

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

La confessione

(La piccola cantina)

MARJANE
Vorrei dirle qualcosa.
È come una confessione.

LÉO
La ascolto… Quale è il suo nome ?

MARJANE
Marjane.
(un breve tempo)
Forse.

LÉO
La ascolto, Marjane.

MARJANE
E vero, non sono sicura, al momento, di chi sono, da dove vengo né quello che diventerò.
E vero, ho dei pipistrelli nella mia pancia che mi stanno mangiando .
Ma ho anche qualcosa altro, nella pancia.
Come una voglia.
Ma non è come una voglia di mangiare un gelato alla fragola, è una voglia molto più tenace, molto più necessaria.
La chiamiamo « voglia », ma in realtà è (solo) un bisogno.
Ho bisogno di questo come un naufragato ha bisogno di assicurarsi che è (ancora) vivo picchiandosi in piena faccia.

LÉO
Di cosa ha bisogna, Marjane ?

MARJANE
Avevo fame, allora ho mangiato.
Poi dovevo pisciare, e l’ho fatto.
Adesso, ho un altro bisogno, quindi cerco un modo per soddisfare anche quello.
Ho controllato i riflessi di questo corpo, ha mangiato e ha bevuto, ha dormito, e ora ha bisogno di fare questa cosa,
Ma questa cosa non si fa da soli.
(parlando velocemente)
Forse anche lei, ha bisogno di controllare lo stato vitale del suo corpo o di rassicurarsi del suo corretto funzionamento,
o magari ne ha voglia solo per capriccio, come il bambino che vuole mangiare il gelato alla fragola.
Non mi importano le sue motivazioni, le chiedo assistenza.
(Si avvicina e tende il braccio verso di Léo, che la sta guardando, l’aria impassibile. Tocca       la sua guancia, Léo non reagisce. Marjane toglie la mano.)
Mi scuso.
Non ci conosciamo,  mi manca l’educazione.

LÉO
Perché ha pensato a questa cosa, ora, di fronte a me ?

MARJANE
Era una tentative per scacciare il vuoto con l’azione. Scusi.

LÉO
E solo una piccola brutta abitudine alla quale è stata addestrata fin dalla più giovane età.
Confonde – e la confusione può essere grave in certe circostanze – una cosa con l’altra.
Chiedere a uno sconosciuto una tale cosa in queste circostanzi… può rivelarsi un grave errore.
E fortunata, Signorina, Signora piuttosto, che sia un uomo che controlla i suoi istinti. Un altro uomo avrebbe –

MARJANE
Non ha né bisogno né voglia, giusto ?
Lo vedo nei suoi occhi.
Qualcosa rimane spento, che avrebbe dovuto accendersi.

LÉO
Qui non è né il luogo né il momento per farmi la domanda dei miei bisogni e delle mie voglie.
Non ho il lusso di farmi queste domande.

MARJANE
La chiama lusso ? Io tento di sapere se sono viva.

 

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction d’Emma Ayasse vers l’italien.

Traduction vers l’anglais de Lucie Houdu

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

The confession

(In the small cave)

MARJANE
There is something I would like to tell you.
It’s a kind of confession.

LEO
Go ahead… What is your first name?

MARJANE
Marjane.
(After a short while.)
Perhaps.

LEO
Go ahead, Marjane.

MARJANE
It is true that I don’t really know, at the moment, who I am, where I come from and what will become of me.
It is true that I have bats in my stomach which are eating me up.
But I have something else, something more, in my stomach.
It’s a kind of craving.
But it’s not like when you crave for a strawberry ice cream, it is a much more pressing, much more urgent craving.
People call it a craving, but actually it’s a need.
I feel a need of it like a castaway who needs to hit his own face to make sure he is alive.

LEO
What do you need, Marjane?

MARJANE (feeling ill at ease)
I was hungry, so I ate.
Then I needed to pee, and I did it.
Now, I’ve got another need, so I am looking for a way to satisfy it too.
I have checked out that this body responds well, it has eaten and drunk, it has slept, and now, it still needs to do this thing.
But this thing cannot be done alone.
(speaking fast)
Maybe you too, you need to check out the vital state of your body or to make sure it works well.
Or maybe you only fancy it as a whim, as the child who wants to eat the strawberry ice cream.
Whatever your reasons, I’m only asking you to come to my assistance.
(She comes closer to him and slowly extends her arm toward Leo, who is looking at her, impassively. She brushes his cheek, Leo does not stir. Marjane takes her hand back.)
My apologies.
We don’t know each other, I’m not very polite.

LEO
Why have you thought about this thing, right now, in front of me?

MARJANE
It was an attempt to get rid of emptiness through action. Sorry.

LEO
It’s just a filthy little habit to which you’ve been used since you were a child.
You mistake -and mistaking can be very serious in some circumstances- one thing for another.
Asking to a complete stranger such a thing in these circumstances… Can be a serious mistake.
You are very lucky, Miss, or should I say Mrs., I’m a man who controls his instincts. Another man would have-

MARJANE
You don’t have any need or craving, do you?
I can see it in your eyes.
Something is still dormant, something which should have been triggered.

LEO
This is neither the place nor the time to ask me about my needs and cravings.
I can’t allow myself the luxury to wonder about these questions.

MARJANE
Luxury, that’s what you call it? As for me, I try to know whether I’m alive or not.

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction de Lucie Houdu vers l’anglais.

Traduction d’Amélie Derome vers l’anglais

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut
manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air
impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

 

 

 

The confession

(In the small basement.)

MARJANE
I’d like to tell you something.
As a confession.

LEO
I’m listening… What’s your name?

MARJANE
Marjane.
(A small pause.)
Perhaps.

LÉO
I’m listening, Marjane.

MARJANE
I have to admit, for the time being, that I am quite unaware of who I am, where I come from and what is to become of me.
I have to admit that I have bats in my guts, gnawing at me.
But I do have something else in my guts.
A craving, if you will.
Not a craving for strawberry ice cream however, but a stronger, a more pressing craving.
They call it a craving but actually, it is more of a need.
I need it like a castaway needs to make sure that he is alive by hitting his own face.

LEO
What is it that you need, Marjane?

MARJANE (embarrassed)
I was hungry, so I ate.
Then I needed to take a piss, so I took it.
Now, there is something else that I need, so I am trying to find a means to fulfil it as well.
I have checked that this body hasn’t lost its reflexes, it has eaten and drunk, it has slept, and now it still needs to do this one thing,
Yet this thing cannot be done alone.
(Talking quickly.)
You might also need yourself, perhaps, to check the vital state of your body or to make sure it is properly functioning,
Or perhaps do you only feel a craving grow into a tantrum, as the child who wants to eat strawberry ice cream.
Your motives do not matter to me: I only seek your help.
(She comes closer to Leo and slowly stretches her arm out towards him. He stares at her, unblinking. She touches Leo’s cheek, he does not react. Marjane withdraws her hand.)
I am sorry.
We barely know each other; I have no manners.

LEO
Why did you think of this thing, now, in front of me?

MARJANE
It was an attempt to chase the void through action. I am sorry.

LEO
It is but a dirty little habit that was imposed on you ever since you were a girl.
You have mistaken – and mistakes can be very serious under certain circumstances – a thing with another.
Asking such a thing from a stranger under these circumstances… can lead to huge mistakes.
You are lucky, Miss, or Misses, rather, that I am a man who has his instincts under control. Another man would have –

MARJANE
You neither need or crave, do you?
I can see it in your eyes.
Something stays out, that should have been turned on.

LEO
Here and now are neither the time or place to ask me about my needs and cravings. I do not have the luxury to wander about these things.

MARJANE
You call it a luxury then? I am trying to find out whether I am alive.

 

 

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction d’Amélie Derome vers l’anglais.