“J’ai mal aux mots que je mords” : poétique de Martine Broda

Même si Martine Broda figure comme poétesse dans l’Anthologie de la poésie française2 de la Pléiade, les travaux qui portent sur sa poétique sont rares. Poétesse et traductrice, deux activités indissociables dans son travail, Martine Broda est née à Nancy le 17 mars 1947 et elle est décédée brutalement le 23 avril 2009. Comme le note la brève biographie des éditions José Corti, qui ont publié un certain nombre de ses ouvrages, elle vivait et travaillait à Paris. Après des études poussées où elle a hésité longuement entre les lettres et la philosophie, elle a été directrice de recherches au CNRS, où elle a travaillé dans une équipe sur la poésie moderne que dirige Michel Collot. La notice suivante a donc pour objectif d’aller plus loin dans la connaissance de cette poétesse majeure du XXème siècle en présentant les spécificités de sa poétique et en s’arrêtant plus particulièrement sur sa rencontre avec la poésie de Paul Celan, étape majeure dans sa vie qui a profondément influencé et orienté à la fois sa création poétique et ses recherches.

Continuer la lecture de « “J’ai mal aux mots que je mords” : poétique de Martine Broda »

Quelques éclats de “l’espace littéraire” du poète autrichien Theodor Kramer

« Un des plus grands poètes de la jeune génération1», ainsi Thomas Mann qualifia le poète Theodor Kramer (Niederhollabrunn/ NÖ 1897 – Vienne 1958). Stefan Zweig et Carl Zuckmayer entre autres encouragèrent son travail. Mais les 18 années d’exil2 en Grande-Bretagne ont suffit pour le condamner à l’oubli et en particulier pour ceux, comme le dit le sous-titre de son recueil Mit der Ziehharmonika, « qui n’ont pas de voix », à qui une grande partie de ses poèmes est destinée. Kramer n’a en effet cessé de s’intéresser à l’existence des hommes en marge des villages, des villes, de la société, en exil pourrait-on dire, et a ainsi développé une véritable poétique de la périphérie3. Le poète cherche à saisir dans le langage tout ce qui fait la vie et cette entreprise ne connaît aucune frontière. La nostalgie et l’angoisse4 qui hantent ses poèmes sont à comprendre en lien avec cette recherche qui fait également de Theodor Kramer un poète politique ou plus précisément un « chroniqueur de son temps » comme il le disait lui-même. Que ces quelques poèmes5 permettent de réentendre cette voix si particulière et trop vite oubliée …

Continuer la lecture de « Quelques éclats de “l’espace littéraire” du poète autrichien Theodor Kramer »

Alfonsina Storni par Félix Loizillon

C’est lors d’un long séjour à Buenos Aires que Félix Loizillon a décidé de traduire quelques poèmes d’Alfonsina Storni. La rencontre entre ce jeune poète parisien et la poétesse moderniste argentine, à la croisée des villes et des langues, révèle que la traduction en vers et en rimes peut échapper à la répétition désuète qu’on lui reproche quelquefois hâtivement – et faire naître, au contraire, une recréation fertile. Découvrez ici les traductions en octosyllabes de Félix Loizillon de “Vida” et “La Inquietud del rosal”.

Continuer la lecture de « Alfonsina Storni par Félix Loizillon »