Pierre-Aurélien Delabre, “Au coeur de la tempête”

La première séance du séminaire “Il faut que jeunesse se passe” a été dédiée à la traduction du poème “Au cœur de la tempête”, extrait du recueil Volcans de Pierre-Aurélien Delabre, paru aux éditions Abordo le 25 février 2019. La question du souffle, qu’il s’agisse de celui de l’engagement marxiste du jeune poète vivant à Marseille, ou de celui qui parcourt le poème, marqué par des effets sonores en cascade et porteur d’un lyrisme sous-jacent, a animé nos débats.

Le réalisme ardent

Pierre-Aurélien Delabre nous a fait l’honneur d’inaugurer l’après-midi du 7 mars 2019 en nous dévoilant sa démarche poétique, dont l’enjeu majeur repose sur la résolution du divorce apparent entre la théorie et le réel.

Ce n’est pas grave, je crois, de rencontrer la réalité avec la théorie, encore faut-il que cette dimension théorique de la rencontre avec le monde ne soit pas une fin mais un moyen, qu’elle s’articule avec une exigence tout à la fois existentielle et sociale, mais surtout, qu’elle ne se prive jamais d’accorder une importance à ce qui lui échappe.

Pierre-Aurélien Delabre

Après avoir développé l’impact de ses références hégéliennes et marxistes sur sa poésie, il nous a montré comment “Au cœur de la tempête”, poème d’ailleurs pioché au cœur même du recueil, démêlait l’opposition trompeuse qui dissocierait les auteurs des travailleurs. L’intégralité de sa présentation est disponible ici.

Traduire le souffle

Amélie Derome a ensuite soulevé les difficultés de traduction majeures qui lui semblaient inhérentes au texte. Il s’agissait, selon elle, de restituer quelque chose de la fluidité du texte, où l’on fait face au dernier souffle d’un homme qui se renouvelle et ouvre vers une renaissance dont l’issue est la rafale d’une tempête. Elle a ainsi souligné la nécessité de soigner la traduction des effets sonores, qui impriment son rythme et ses temps de respiration au poème, ainsi que celle de la traduction de l’hypotexte marxiste. Vous trouverez la totalité de sa présentation ici.

Le souffle, enfin, est peut-être celui d’un lyrisme implicite : si le poème à la troisième personne paraît prophétique, sa forme, tend à faire apparaître, en filigrane, le souffle de l’auteur, qui se fond dans la figure du poète ouvrier.

Amélie Derome

Les participants se sont enfin attelés à la traduction du poème. Les obstacles rencontrés furent souvent les mêmes : tous ont dû recourir à des choix de lexique contraints par les nombreuses allitérations du texte et la question de la polysémie du terme “éclat”, comme celle de la manière de traduire “l’homme”, dont l’aspect général ne trouve pas nécessairement d’équivalent en langue étrangère ont suscité de nombreuses interventions. Vous trouverez un échantillon des traductions réalisés pendant et après le séminaire ici.