Retraduire l’autotraduction : une tempête sous un crâne

La légitimité du (re)traducteur

Je  voulais  commencer  mon  intervention  en  m’arrêtant  un  instant  sur  la  question  de l’autotraduction,   avant   d’évoquer   les   difficultés   rencontrées   dans   la   traduction   de WUNDERKAMMER.  Je  me  suis  finalement  rendue  très  rapidement  compte  que  la  première,  et  à mon   sens   la   plus   importante,   difficulté   de   cette   entreprise   se   tenait   justement   dans   l’acte d’autotraduction préalable. Si l’acte de traduire pose toujours je crois la question de la légitimité du traducteur, les limites entre traduction et recréation étant parfois très minces, elle se fait encore plus vive dans ce cas particulier. Franco Costantini est Génois, il a composé WUNDERKAMMER dans sa langue maternelle, l’italien, mais c’est un poète d’expression italienne et française. Et sa parfaite maîtrise du français  et  son  autotraduction  font,  je  crois,  – au  moins  dans  un  premier  temps –  le désarroi du traducteur (vers le français) de ce que nous appellerons pour le moment « l’original » et je  vais  y  revenir.  J’ai d’abord découvert le poème  en  italien  mais  j’ai  presque  immédiatement  lu l’autotraduction  française,  peut-être  n’aurais-je  pas  dû.  Ce sera également  le  cas  des  italianistes présents  aujourd’hui. 

Jean-Pierre  Lefebvre,  germaniste  français  et  professeur  à  l’Ecole  Normale Supérieure, déclare dans un article intitulé « Traduire » : «  J’espère bien ne jamais devoir traduire dans une autre langue le verbe français “retraduire ”, que je trouve trop ambivalent, et pour tout dire fallacieux. Car on ne retraduit jamais : on traduit un texte, quand bien même il a déjà été traduit par des dizaines de prédécesseurs. » (Jean-Pierre Lefebvre, « Retraduire », Traduire, 218 | 2008, 7-13).  Mais l’article n’aborde pas la question de l’autotraduction. Dans notre cas n’est-il pas légitime de parler de retraduction ? Peut-on, ou même doit-on considérer l’auteur comme un simple prédécesseur afin de se libérer de la paternité qu’il exerce sur son texte ? Il me semble que le traducteur qui (re)traduira dans la même langue le texte déjà autotraduit se pose forcément à un moment donné la question suivante : « Qui suis-je moi pour redire ce que l’auteur, le poète, a déjà dit ? ». Le mot est posé « redire », il revient fréquemment en traductologie mais je crois qu’il est particulièrement légitime dans ce contexte précis. J’ai dit que reviendrais sur la notion d’original : si  l’on  ne  considère  pas  l’autotraducteur  comme  un  simple  prédécesseur,  alors l’autotraduction se place davantage du côté de la création ou recréation, et la (re)traduction se place alors du côté du redire. Et : peut-on redire sans refaire ?

Mais aujourd’hui il n’y a pas que des italianistes, et c’est que je crois tout l’intérêt et la richesse de cet atelier. D’abord parce qu’il jouit d’une pluralité de langues et donc de traductions, mais aussi parce qu’à l’issue de la séance se nouera peut-être, j’espère, un dialogue entre ceux qui se sont confrontés à l’autotraduction et ceux qui auront pour point de départ seulement la version française de  WUNDERKAMMER.  C’est  cet  échange  qui  apportera  des  réponses  aux  questions  que  j’ai brièvement soulevées, et en fera naître d’autres.

Le calme pendant la tempête

Franco a pratiqué une traduction très fidèle, parfois presque littérale, de son poème. Ce choix de traduction de la part de l’auteur, du créateur, peut sembler déconcertant. Je l’ai interprété comme un ancrage  fort  dans  ce  que  Franco  a  appelé  «  une  tentative,  nécessairement  vouée  à  l’échec,  de rationaliser […] la ferveur angoissée d’une volonté de fuite ». La tâche du traducteur (Benjamin) était selon moi de maintenir cet ancrage dans une « langue dure », « presque philosophique » sans le secours  de  la  traduction  fidèle,  parfois  littérale,  souvent  déjà  empruntées  par  l’auteur.  On  a familièrement l’habitude de parler du « calme avant la tempête » pour évoquer l’absence de trouble ou d’agitation qui caractérise parfois le moment qui précède la crise, la catastrophe.  

J’ai interprété WUNDERKAMMER comme le calme pendant la tempête, le statisme voire la passivité de l’homme face à la tempête qui se place en spectateur d’un désastre et ne peut plus -ou ne veut plus- prendre part  aux  choses.  Une  des  tentations  de  la  traduction  est  de  déborder  de  cet  état  statique  et d’expliciter au travers d’un lyrisme cette « ferveur angoissée ». Une des difficultés majeures a donc était pour moi de maintenir une certaine rigidité, presque militaire, Franco citait Kafka et « l’état de siège ». Le paradoxe du calme pendant la tempête peut être perçu comme un symptôme de l’ennui.

«  La  noia  »  en  italien  est  d’ailleurs  un  mot  qui  m’a  posé  problème  et  j’ai  finalement  traduit  par « lassitude » mettant en avant l’usure sensible du corps, ici des corps au sens physique : la matière, qui  si  elle  s’use,  n’est  pourtant  jamais  lasse  moralement  à  la  différence  de  l’homme.  Il  m’était intuitivement difficile de traduire par « ennui » et peut-être tout autant de justifier solidement mon choix  de  traduction.  J’ai  alors  perdu  le  bagage  philosophique  de  «  l’ennui  »  et  suis  passée légèrement du côté du lyrisme que je cherchais pourtant à éviter. Je ne sais pas dans quelle mesure la traduction de Franco m’a influencée, ni si ce n’est pas par refus de mimétisme que j’ai opté pour cette   solution.   Ce   qui   nous   permet   de   nous   interroger   encore   une   fois   sur   le   poids   de l’autotraduction. 

C’est  toujours  dans  cette  perspective  que  j’ai  traduit  «  la  catastrofe  »  par  «  la tempête » privilégiant l’aspect météorologique, pour ne pas tomber dans l’imitation, et pour écarter l’homme  que  j’avais  remis  peut-être  trop  au  centre  avec  «  lassitude  ».  Il  convient  de  s’arrêter également sur la traduction de « bufera » et sur le septième vers. Franco Costantini a traduit par « tourmente » maintenant la double connotation météorologique et morale. J’avais d’abord pensé à « bourrasque » favorisant donc encore la connotation météorologique, et l’effet sonore.

Mais le vers 7  est «  un  endecasillabo  a  maiore »,  vers  solennel  et  particulièrement  caractéristique  de  la  métrique classique italienne. Ici le fond s’accorde parfaitement avec la forme : le vent soulève la structure du toit  et  celle  du  vers.  Il  est  également  enrichi  par  l’assonance  en  -a.  Il  m’est  apparu  important  de maintenir  ces  effets.  Il  fallait  donc  trouver  un  équivalent  structurel  et  sonore  en  français.  J’ai renoncé rapidement à l’alexandrin, et opté pour le décasyllabe qui constitue un juste équivalent dans la  métrique  française.  Quant  à  l’effet  sonore,  j’ai  opté  pour  une  rime  intérieure  :  « La  tourmente découvre  la  charpente. »  Mais  si  le  respect  des  équivalences,  formelles  et  sonores,  est  à  peu  près satisfaisant, la tonalité philosophique de « structure » est perdue. (Tout se paie.)

On peut également s’arrêter un instant sur les rimes suffisantes vers 2,3 et 4 « fallimento – terno al lotto – disappunto » enrichie par l’allitération en -t « volante o stabile » vers 4. Je ne suis pas parvenue à les restituer en français et ai utilisé une simple assonance en -i « faillite, pari, déplaisir » et « volatile ou statique ». Pour  en  revenir  au  lexique  :  «  L’uguale  »  nous  renvoie  à  la  fois  au  vocabulaire  philosophique

« L’eterno ritorno dell’uguale » chez Nietzsche et au signe mathématique, faisant résonner encore ce choix de « langue dure » et philosophique. Le français nous demande en revanche de choisir et j’ai  privilégié  la  lecture  philosophique,  «  le  même  »  donc,  qui  m’a  semblé  en  adéquation  avec l’ennui et la lassitude évoqués dans le poème. L’autotraduction de Franco Costantini m’a également fait  m’arrêter  sur  i  «  piani  bassi  »  ,  traduit  par  «  les  bas  étages  ».  L’expression  en  français,  à  la différence  de  l’italien,  nous  renvoie  à  une  hiérarchie  sociale,  bel  exemple  de  traduction  fidèle  et libre  à  la  fois.  J’ai  difficilement  choisi  de  traduire  par  «  les  niveaux  inférieurs  »  restant  fidèle seulement à la hiérarchie spatiale, tout en étant consciente que je renonçais peut-être à une clé de lecture livrée par l’auteur.

Enfin, faut-il traduire ou non « vendetta » ? Le terme est entré dans le vocabulaire français mais il est aujourd’hui peut-être plus connoté qu’en italien. Je l’ai conservé tel quel, la vendetta étant dans l’imaginaire collectif je crois une vengeance sanglante, je pense qu’on peut la placer du côté d’un certain  lyrisme  et  cela  m’apparaissait  finalement  en  adéquation  avec  l’idée  de  la  «  ferveur angoissée » et retenue en vain qui se libère finalement dans le dernier vers.

Emma Ayasse, intervention au séminaire jeunes chercheurs CRISIS « Il faut que jeunesse se passe », le 5 avril 2019, Maison de la Recherche, Aix-en-Provence.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.