Alfonsina Storni par Félix Loizillon

C’est lors d’un long séjour à Buenos Aires que Félix Loizillon a décidé de traduire quelques poèmes d’Alfonsina Storni. La rencontre entre ce jeune poète parisien et la poétesse moderniste argentine, à la croisée des villes et des langues, révèle que la traduction en vers et en rimes peut échapper à la répétition désuète qu’on lui reproche quelquefois hâtivement – et faire naître, au contraire, une recréation fertile. Découvrez ici les traductions en octosyllabes de Félix Loizillon de « Vida » et « La Inquietud del rosal ».

 
 
Vida

Mis nervios están locos, en las venas
la sangre hierve, líquido de fuego
salta a mis labios donde finge luego
la alegría de todas las verbenas.

Tengo deseos de reír; las penas
que de donar a voluntad no alego,
hoy conmigo no juegan y yo juego
con la tristeza azul de que están llenas.

El mundo late; toda su armonía
la siento tan vibrante que hago mía
cuando escancio en su trova de hechicera.

Es que abrí la ventana hace un momento
y en las alas finísimas del viento
me ha traído su sol la primavera.

VIE

Mes nerfs sont fous et dans mes veines
mon sang bout comme de la lave
coulant à mes lèvres où ma bave
joue la joie des fêtes foraines.

J’ai envie de rire ; les peines
de la volonté sans excuse,
qui ne jouent plus mais qui m’amusent,
sont toujours bleues, sont toujours pleines.

Le monde bat comme mon cœur
comme un grand vers ensorceleur
palpitant très fort dans ma chair.

Et j’ai dit bonjour au printemps
ouvrant la fenêtre un instant
aux très fines ailes de l’air.

Alfonsina Storni  Traduction de Félix Loizillon

Si la question de la traduction des vers et  rimes demeure sujette à de nombreux débats, il s’agissait peut-être ici avant tout d’un choix de poète et Félix Loizillon, en traduisant, paraît partager le sort de Lope de la Vega qui, dans le deuxième sonnet de Poesía Dispersia affirmait : « Yo pensé que no hallara consonante / y estoy a la mitad de otro cuarteto » (« Je pensai que je ne trouverai pas de rime, Et je suis à la moitié d’un autre quatrain »). Quelques aménagements ont été nécessaires, « j’ai aussi inversé le dernier et l’avant dernier vers pour la rime et pour le rythme », nous a confié Félix Loizillon, mais l’ensemble de la structure originelle est préservé.

Cette fidélité aux effets sonores s’accompagne pourtant d’une flexibilité métrique que le traducteur reconnaît volontiers avoir ménagée : « je me suis permis beaucoup de liberté pour cette traduction.  Le poème de Storni est un sonnet en hendécasyllabes,  le vers je crois d’origine du Canzioniere de Pétraque, repris ensuite par la génération de Garcilaso de la Vega en Espagne, le poète militaire, qui épousa la fille de Charles Quint, puis au siècle d’or par Lope de Vega, Gongora…  En toute logique,  j’aurais dû utiliser la « maison commune », notre vers national : l’alexandrin, mais je ne sais pas pourquoi, essayant de traduire le poème d’Alfonsina, l’octosyllabe m’est venu en français naturellement. J’ai toujours adoré les sonnets en octosyllabes, ils permettent une concision froide, tranchante, un ton irrémédiable », détaille-t-il.

La visée traductive de Félix Loizillon se déploie à nouveau dans sa version française de « La Inquietud del rosal », quoiqu’il choisisse cette fois l’alexandrin pour rendre la poésie d’Alfonsina Sotrni. Renouer avec l’élan poétique de l’original s’avère ici d’un secours plus précieux que la précision minutieuse du lexicographe. Le traducteur le dit lui-même : « ma traduction n’est sûrement pas la plus scientifique, mais le traducteur ne joue-t-il pas toujours le rôle du rival du poète ? ». Un rival, certes, mais également un héritier, qui prend sur lui de faire vivre le poème à travers les âges et les contrées et dont le rôle, peut-être, est celui de permettre au rosier de fleurir à nouveau.

LA INQUIETUD DEL ROSAL

El rosal en su inquieto modo de florecer
Va quemando la savia que alimenta su ser.
¡Fijaos en las rosas que caen del rosal:
Tantas son que la planta morirá de este mal!
El rosal no es adulto y su vida impaciente
Se consume al dar flores precipitadamente.

L’INQUIétude du rosier

Le rosier est inquiet au moment de fleurir,
brûlant toute la sève de son avenir.
Regardez les roses à terre, tout azimuts,
le rosier mourra bientôt de toutes ces chutes.
Trop pressé de fleurir, il meurt en s’ennuyant.
Pour devenir adulte, il est trop impatient.

Alfonsina Storni Traduction de Félix Loizillon

Amélie Derome