Georgia Doll, « Sous le sixième soleil »

À l’occasion de la troisième séance du séminaire « Il faut que jeunesse se passe », nous avons eu le plaisir de recevoir Georgia Doll. La poétesse et dramaturge nous a accompagnés dans la traduction de « La Confession », scène extraite de sa pièce Sous le sixième soleil, parue aux Éditions de la Marelle en 2017.

Résistance et étrangeté

Georgia Doll qui est également doctorante en pratique et théorie de la création, nous a fait l’honneur d’ouvrir la séance avec une riche intervention qui rendait compte à la fois des aspects théoriques que soulevait son travail de création et de sa pratique d’écriture elle-même. Elle est ainsi d’abord revenue sur son parcours personnel en y associant un développement consacré au bilinguisme dans le processus d’écriture. La dramaturge d’expression allemande et française a évoqué la complexité mais aussi la fécondité qu’entraînait son bilinguisme dans ses créations. Elle a notamment envisagé le rapport d’étrangeté qu’elle peut encore entretenir avec le français non comme une limite mais bien comme une libération.

Or, la contrainte linguistique peut aussi être libératrice par le fait qu’elle amène une prise de distance à son origine, son histoire personnelle reliée à sa langue maternelle.

Georgia Doll

 

La poétesse a ensuite abordé les concepts « d’hyper-conscience de la langue », de « langue racine », avant d’évoquer l’aspect poétique de son écriture théâtrale, et ses choix linguistiques en fonction des registres ou sujets traités. Elle nous a enfin présenté le projet d’écriture qui a porté la pièce Sous le sixième soleil, et la notion de résistance qui en constituait le fondement, notamment à travers le récit de sa rencontre déterminante avec l’ancien militant et résistant Jean Berthet. L’intégralité de son intervention est disponible ici.

Traduire l’ébranlement

Emma Ayasse a ensuite pris la parole pour revenir sur cette notion de résistance au cœur de la pièce et les difficultés de traduction rencontrées. Il lui a paru pertinent de mentionner les Essais hérétiques sur la philosophie de l’histoire, du philosophe Jan Patočka : « la solidarité des ébranlés, c’est la solidarité de ceux qui sont ébranlés dans leur foi en le jour, en la nuit. Celui qui
trahit cette solidarité doit savoir qu’il est un embusqué qui vit, à l’arrière, du sang des autres. » Il s’agissait pour elle de rendre compte de cette notion d’ébranlement au cœur de la pièce et de l’extrait, sans pour autant tomber au moment de la traduction dans un étalage lyrique, absent de la version française.

Les participants se sont alors attelés à la traduction de l’extrait après un important échange avec Georgia Doll, et de nombreuses questions sur son bilinguisme dans les processus d’écriture ou de mise en scène. Les difficultés rencontrées furent souvent les mêmes et concernées en grande partie les choix lexicaux. Les traductions anglaises de « besoin » et italiennes de « peut-être » ont particulièrement animé nos débats. Voici un échantillon des traductions réalisées.