Traduction vers l’italien d’Emma Ayasse

La confession

(La petite cave.)

MARJANE
Je voudrais vous dire quelque chose.
C’est comme une confession.

LÉO
Je vous écoute… Quel est votre prénom ?

MARJANE
Marjane.
(Un court temps.)
Peut-être.

LÉO
Je vous écoute, Marjane.

MARJANE
Il est vrai, je ne sais pas trop, en ce moment, qui je suis, d’où je viens et ce que je vais devenir.
Il est vrai, j’ai des chauves-souris dans mon ventre qui me rongent.
Mais j’ai autre chose, encore, dans le ventre.
C’est comme une envie.
Mais ce n’est pas comme une envie de manger une glace à la fraise, c’est une envie beaucoup plus insistante, plus urgente.
On appelle ça une envie, mais en réalité c’est un besoin.
J’ai un besoin de ça comme un naufragé qui a besoin de s’assurer qu’il est vivant en se frappant en plein visage.

LÉO
Vous avez besoin de quoi, Marjane ?

MARJANE (gênée)
J’avais faim, alors j’ai mangé.
Puis j’avais besoin de pisser, et je l’ai fait.
À présent, j’ai un autre besoin, alors je cherche une manière de le satisfaire aussi.
J’ai vérifié que ce corps a ses réflexes, il a mangé et bu, il a dormi, et maintenant il a encore besoin de faire cette chose,
Mais cette chose ne se fait pas seule.
(Parlant rapidement.)
Peut-être que vous aussi, vous avez besoin de vérifier l’état vital de votre corps ou de vous rassurer de son bon fonctionnement,
Ou peut-être vous en avez seulement une envie par caprice, comme l’enfant qui veut manger la glace à la fraise.
Peu m’importent vos raisons, je vous demande de l’assistance.
(Elle s’approche de lui et tend lentement le bras vers Léo, qui la regarde, l’air impassible. Elle touche sa joue, Léo ne réagit pas. Marjane retire sa main.)
Je m’excuse.
On ne se connaît pas, je manque de politesse.

LÉO
Pourquoi avez-vous pensé à cette chose, maintenant, en face de moi ?

MARJANE
C’était une tentative de chasser le vide par l’action. Pardon.

LÉO
Ce n’est qu’une sale petite habitude à laquelle on vous a entraîné depuis votre plus jeune âge.
Vous confondez – et la confusion peut être grave dans certaines circonstances – une chose avec une autre.
Demander à un inconnu une telle chose dans ces circonstances… Peut s’avérer une grave erreur.
Vous avez de la chance, Mademoiselle, Madame plutôt, que je sois un homme qui contrôle ses instincts. Un autre homme aurait-

MARJANE
Vous n’avez ni besoin ni envie, n’est-ce pas ?
Je le vois dans vos yeux.
Quelque chose reste éteint, qui aurait dû s’allumer.

LÉO
Ici ne sont ni le lieu ni le moment pour me poser la question de mes besoins et de mes envies.
Je n’ai pas le luxe de me poser ces questions-là.

MARJANE
Un luxe vous appelez ça ? Moi je tente de savoir si je vis.

La confessione

(La piccola cantina)

MARJANE
Vorrei dirle qualcosa.
È come una confessione.

LÉO
La ascolto… Quale è il suo nome ?

MARJANE
Marjane.
(un breve tempo)
Forse.

LÉO
La ascolto, Marjane.

MARJANE
E vero, non sono sicura, al momento, di chi sono, da dove vengo né quello che diventerò.
E vero, ho dei pipistrelli nella mia pancia che mi stanno mangiando .
Ma ho anche qualcosa altro, nella pancia.
Come una voglia.
Ma non è come una voglia di mangiare un gelato alla fragola, è una voglia molto più tenace, molto più necessaria.
La chiamiamo « voglia », ma in realtà è (solo) un bisogno.
Ho bisogno di questo come un naufragato ha bisogno di assicurarsi che è (ancora) vivo picchiandosi in piena faccia.

LÉO
Di cosa ha bisogna, Marjane ?

MARJANE
Avevo fame, allora ho mangiato.
Poi dovevo pisciare, e l’ho fatto.
Adesso, ho un altro bisogno, quindi cerco un modo per soddisfare anche quello.
Ho controllato i riflessi di questo corpo, ha mangiato e ha bevuto, ha dormito, e ora ha bisogno di fare questa cosa,
Ma questa cosa non si fa da soli.
(parlando velocemente)
Forse anche lei, ha bisogno di controllare lo stato vitale del suo corpo o di rassicurarsi del suo corretto funzionamento,
o magari ne ha voglia solo per capriccio, come il bambino che vuole mangiare il gelato alla fragola.
Non mi importano le sue motivazioni, le chiedo assistenza.
(Si avvicina e tende il braccio verso di Léo, che la sta guardando, l’aria impassibile. Tocca       la sua guancia, Léo non reagisce. Marjane toglie la mano.)
Mi scuso.
Non ci conosciamo,  mi manca l’educazione.

LÉO
Perché ha pensato a questa cosa, ora, di fronte a me ?

MARJANE
Era una tentative per scacciare il vuoto con l’azione. Scusi.

LÉO
E solo una piccola brutta abitudine alla quale è stata addestrata fin dalla più giovane età.
Confonde – e la confusione può essere grave in certe circostanze – una cosa con l’altra.
Chiedere a uno sconosciuto una tale cosa in queste circostanzi… può rivelarsi un grave errore.
E fortunata, Signorina, Signora piuttosto, che sia un uomo che controlla i suoi istinti. Un altro uomo avrebbe –

MARJANE
Non ha né bisogno né voglia, giusto ?
Lo vedo nei suoi occhi.
Qualcosa rimane spento, che avrebbe dovuto accendersi.

LÉO
Qui non è né il luogo né il momento per farmi la domanda dei miei bisogni e delle mie voglie.
Non ho il lusso di farmi queste domande.

MARJANE
La chiama lusso ? Io tento di sapere se sono viva.

 

 

 

 

 

Georgia Doll, extrait de Sous le sixième soleil, Editions de la Marelle, Marseille, 2017. Traduction d’Emma Ayasse vers l’italien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.