Entretien avec Georgia Doll

Georgia Doll, vous avez commencé par écrire de la poésie. Qu’est-ce qui vous a menée au théâtre ?

J’ai toujours écrit, des poèmes, de petites histoires, des journaux intimes, aussi. Adolescente, j’ai joué dans une troupe amateur et j’écrivais le texte pour nos spectacles. J’ai continué à expérimenter le jeu théâtral et puis, j’ai fait des études de théâtre… Donc, c’était à la fois par une pratique de plateau et par un intérêt théorique croissant que le théâtre a pris le dessus. En même temps, j’ai commencé à avoir des choses plus complexes à dire, au-delà de l’expression immédiate que peut représenter la poésie. C’est l’aspect politique, sociétaire, qui m’a attirée vers le théâtre.

Lors de votre intervention le 4 mai dernier vous avez choisi de nous parler longuement de votre bilinguisme dans votre processus créatif. En l’envisageant à la fois comme limite et libération. Quels sujets préférez vous aborder en allemand ? En français ?

Personnellement, je dirais plutôt l’inverse – la langue amène le sujet. Mais souvent, il y a un peu de français et un peu d’allemand dans les premières ébauches, donc ce n’est pas une séparation totale. Parfois, je commence dans une langue et je continue dans une autre, parce que je sens qu’une langue va mieux pour le sujet qui se dessine. Mais outre la langue, c’est aussi le contexte socioculturel dans lequel je me trouve qui est déterminant, même s’il est évidemment lié à une langue spécifique. Maintenant, j’écris essentiellement en français – ça commence à faire longtemps que je ne vis plus en Allemagne et j’ai un peu perdu la connexion à la langue allemande en tant que langue d’écriture, en tout cas, en ce moment. Même si en filigrane, l’allemand, l’Allemagne et aussi l’Autriche restent très présents dans ce que j’écris. C’est curieux, on dirait que plus je m’éloigne de la langue allemande, plus elle me rattrape à travers les sujets de mes textes !

Pour votre pièce Sous le sixième soleil, vous nous avez parlé de l’influence majeure du témoignage de Jean Berthet. Un élément déclencheur similaire est-il à l’origine d’autres créations ?

Oui, les entretiens que nous avions eus avec Jean m’ont marqué, j’y pense souvent. Pour moi, Sous le sixième soleil est empreinte de sa parole, de sa présence, même si elle n’apparaît pas dans le texte… Dans une de mes premières pièces, Miss Europa va en Afrique, j’ai traité un fait divers concret (à savoir le meurtre d’un homme par des CRS lors de son expulsion d’Allemagne). C’était une sorte de cri de rage sous forme de farce politique. Pour une autre pièce – Stranger – c’était des séjours de travail au Togo qui ont déclenché l’écriture. La pièce raconte le périple d’un personnage alsacien qui est en voyage au Togo et qui finit par y rester, par s’y perdre… J’avais alors 25/26 ans et j’ai expérimenté pour la première fois physiquement que j’étais blanche et ce que cela signifiait vraiment, politiquement. Mais j’ai pris encore beaucoup de temps pour finir cette écriture, car je savais que je m’étais attaquée à un sujet qui me dépassait. Mais il n’y a pas toujours des déclencheurs concrets… Pour L’or bleu, ce sont les personnages qui ont surgi en premier, même si l’arrière-fond politique était sans doute la guerre d’Afghanistan. Et dans ma récente pièce pour adolescent/es, Les mains vides, c’est la ville de Marseille qui m’a inspirée d’abord. Évidemment, les expériences tout simplement personnelles influencent autant l’écriture ; les circonstances de mon quotidien, le travail sur ma propre histoire, mes quêtes du moment, mes deuils, mes amours…

Dernièrement vous nous avez confié vous être éloignée du théâtre, pourquoi ?

Je pense que la raison profonde se trouve dans le fait que je voulais m’attaquer à des thématiques que je ne pouvais pas aborder dans une parole théâtrale. J’avais besoin de quitter l’espace du conflit inter-relationnel qu’est le plateau et ouvrir le champ vers d’autres rapports au monde. En ce moment, je travaille sur le thème de l’enfance, ça ne pouvait pas se faire dans une forme dramatique. Il y avait aussi des aspects pragmatiques : j’ai toujours senti le besoin d’être proche du plateau, d’y travailler, pour écrire du théâtre. Or, il y a une difficulté réelle de vivre, d’exister avec ce métier… Mais le théâtre restera mon premier amour, ce n’est peut-être pas un départ définitif.

Pourriez-vous nous dire un mot sur vos projets à venir ?

Je suis en train d’écrire un premier roman en langue française… c’est complexe ! Ce projet littéraire est relié à une thèse scientifique autour de l’écriture bilingue. À part cela, j’élève mon enfant – c’est  actuellement le plus grand défi artistique dans ma vie.

Propos recueillis par Emma Ayasse.