Simon Jardin, « Ne plus se pardonner… »

Voies de disparition

À l’occasion de la quatrième séance du séminaire « Il faut que jeunesse se passe », nous avons entendu et traduit Simon Jardin. Le poète et réalisateur de courts-métrages a présenté « Ne plus se pardonner », le poème d’ouverture de son premier recueil, Voies de disparition, paru en 2019 aux Editions du Cerf.  

Mettre en scène la disparition…

Simon Jardin a insisté sur l’importance qu’il accorde à la versification en poésie. Selon l’auteur, la poésie aurait été dépossédée de ses armes formelles par la publicité et la musique. Le recours à la rime et au vers régulier, parfois déconsidéré par le marché contemporain de l’édition, consiste ainsi en une réappropriation par le poète des moyens par lesquels la poésie est apte à dire le monde.

Simon Jardin a ensuite présenté le poème en soulignant trois mouvements, correspondant chacun aux différentes strophes du texte. La « mise en œuvre du poème, entre aveu et avertissement », cède la place à une « mise en scène », inspirée du cinéma, « entre chute et suspens », avant de culminer en une « mise à mort » de l’humanité, espèce menacée et en voie de disparition.

J’ai voulu figurer une poésie qui se révolte contre cette condamnation à mort, une poésie qui dos au mur soit capable d’affronter le monde, parce qu’elle est capable de le nommer. Ma poésie reste en ce sens une poésie d’affrontement ; elle cherche à placer le public face à elle, pour le placer en dernière instance face à lui-même. Or c’est cette confrontation à l’idée d’une mort programmée qu’élabore Ne plus se pardonner.

Simon Jardin

… ET Y résister à la traduction

Amélie Derome est intervenue à la suite de l’auteur pour souligner les difficultés inhérentes à la traduction de la poésie versifiée. Si les rimes et les vers réguliers peinent à trouver grâce aux yeux du marché de l’édition ou de certains courants universitaires de la traductologie, Amélie Derome a proposé de relever le défi en définissant un certain nombre de mots clés dans le poème afin de fixer le choix de rimes. Elle a conclu en soulignant que la présence de l’auteur lors de la séance offrait paradoxalement une plus grande liberté de choix de traduction. Son intervention complète est disponible ici.

Les participants se sont enfin attelés à la traduction du poème après avoir adressé leurs questions à Simon Jardin. Leurs  versions respectives du texte, en italien ou en anglais, ont souligné l’aisance relative de la traduction des vers et des rimes : chacun des participants a en effet trouvé des solutions différentes pour les rendre dans leur langue de travail. Voici un échantillon des traductions réalisées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.