Faire rimer les langues, Amélie Derome

Comment traduire les rimes ?

J’aimerais, pour cette séance, focaliser mon intervention sur la question de la traduction de la poésie en vers libres et réguliers dans la mesure où j’ai, pour ma part – et car je disposais d’un peu plus de temps que d’une simple plage de trois heures – opté pour une traduction également rimée et versifiée. Ce choix n’était cependant pas entièrement le mien : lorsque Simon Jardin m’a proposé de traduire les onze poèmes de son court-métrage Nous Resterons Inconsolés, il s’agissait de la seule contrainte qu’il m’ait imposée. Seule, je n’aurais peut-être pas osé entreprendre une telle démarche. Les aménagements de lexique et de syntaxe qu’impliquent le respect des rimes et des vers m’auraient sans doute effrayée et je n’aurais pas voulu prendre le risque d’être infidèle. Le travail véritablement collaboratif qui s’est mis en place avec Simon a pourtant permis d’évacuer cette question de la fidélité à l’auteur : il validait ou non mes choix de traduction et leur degré relatif de proximité ou d’éloignement de l’original. C’est également le sens de ces ateliers : en la présence des auteurs, les traducteurs peuvent paradoxalement prendre davantage de libertés et échappent à l’auto-censure.  

Pour cette séance, nul d’entre vous n’est bien entendu tenu de s’essayer à la traduction rimée ou versifiée. Cette méthode traductive s’avère peu commune de nos jours : les universitaires tendent à la condamner, les poètes – à l’image d’un Jacottet ou d’un Bonnefoy, voire même d’un Valéry – ne la pratiquent que rarement, et les éditeurs s’en méfient. L’empressement des acteurs du monde du livre à négliger la traduction des rimes et des vers réguliers me semble toutefois quelque peu suspecte et paraît, de temps en temps, relever davantage d’une certaine forme de recul face à l’adversité plutôt que d’un véritable parti pris. Or, puisque toute traduction relève d’une succession de choix, il paraît essentiel de s’interroger sur ce qui nous motive à les déterminer. J’aimerais, à travers cette brève intervention, présenter quelques-uns des principes que ma pratique de la traduction en vers réguliers et rimés a dévoilés. Afin de vous laisser le plus libres possible, je n’évoquerai ma traduction à proprement parler qu’en fin de séance, lors du moment d’échange et lorsque chacun aura traduit.  

Langue cible et mots-cibles

Le premier phénomène qui m’est apparu est celui du repérage, dans le texte, des mots, surtout lorsqu’ils sont à la rime, dont la traduction est irréductible, que l’on ne peut rendre par des périphrases et qui orientent le sens général du texte. La traduction du poème, ainsi, ne commence pas par le premier vers, mais par ceux qui comprennent de tels mots clés. Lorsque ces derniers se trouvent également à la rime en langue cible, il est utile de parcourir un dictionnaire des rimes afin de vérifier qu’il semble exister d’autres termes possédant la même désinence pouvant se placer à la fin des vers qui doivent rimer (vivre, ivre etc.). Bien souvent, le mot placé à la rime en traduction diffère de l’original, que ce soit pour des raisons syntaxiques ou prosodiques. Or la rime souligne le mot auquel elle s’applique, il est alors recommandé, en traduction, de tâcher de valoriser à nouveau ce terme dans le vers, quand bien même il ne serait plus placé à la rime. Ce n’est évidemment pas toujours possible, mais il paraît préférable de garder ce phénomène à l’esprit.  

Traduire vers, traduire les vers

La traduction du vers soulève également plusieurs difficultés. Il s’agit avant tout de trouver un équivalent satisfaisant dans la langue vers laquelle on travaille. J’ai, personnellement, tendance à opter pour le vers qui me semble culturellement le plus proche. En voici un exemple : l’alexandrin, vers de la tragédie et du sonnet en français, est comparable au pentamètre iambique anglais, vers auquel Shakespeare a recours dans son théâtre et ses sonnets. Malgré cette équivalence intertextuelle, il importe de demeurer vigilent aux différences de longueur de ces vers : l’alexandrin est plus long (douze syllabes) que le pentamètre iambique (dix syllabes). Cela implique donc bien souvent, à la traduction, une nécessité de condenser ou bien, au contraire, d’allonger. Si la condensation ou l’allongement sont parfois décriés par les spécialistes de la traduction – je songe notamment à Antoine Berman qui les place dans sa tératologie de la traduction – ces pratiques ne me semblent pas vouées à l’infidélité, mais peuvent être utilisées à la condition qu’elles soient validées par l’auteur et qu’elles ne contreviennent pas à l’esprit du texte.  

Fidélité et liberté

Si la traduction des rimes et des vers consiste bien en une opération délicate et minutieuse, j’aimerais insister sur le fait qu’elle est possible, pour peu qu’on se la représente comme un défi : les neurosciences ont montré que la partie du cerveau dont on use lorsqu’on traduit est la même qui se met en branle lorsqu’on joue aux échecs ou que l’on résout des énigmes. La traduction de la poésie et des formes qui lui sont propres ne relève ainsi pas seulement de l’herméneutique, mais consiste bel et bien en une activité ludique. Son caractère épineux, du moins en apparence, s’estompe par ailleurs au fil de la pratique, qui bénéficie en réalité d’une forme de régularité : le traducteur dispose en effet de l’ensemble des consignes de la prosodie de sa langue cible afin de composer son texte. Cette limitation des choix, loin de relever de la seule contrainte, semble, à terme, fluidifier le travail et affermir les décisions.   

Amélie Derome, Aix Marseille Univ, LERMA, intervention au séminaire CRISIS “Il faut que jeunesse se passe”, Aix-Marseille Université. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.