Traduction de Chiara Forlani vers l’italien

Ne plus se pardonner de vivre
Un soir à soi évoquer ivre
L’illusion de se réparer
Sans disposer d’outil valable
Hormis ces nudités instables
Et ces miroirs défigurés,

Lorsque plus rien ne nous délivre
Et névralgie au cœur du givre,
Plus rien ne nous semble assuré,
Que nos destins deviennent fables
Et vu du ciel cibles et sables
Dans un viseur décoloré,

Le sens est perdu de survivre,
On ne meurt pas que dans les livres,
L’animal en nous égaré
Vient flairer en dessous des tables
Le jour qui vient, l’inéluctable
Où ses os seront déterrés.

Assolversi dell’essere vivi
Inventare una sera di vini
Il sogno di riaggiustarsi con sé
Essendo però a corto di arnesi
Tranne certi spogli e incerti corpi,
Salvo questi sfigurati specchi,

Quando invano invochiamo il sollievo
E avvolti in vapore nevralgico,
Assoluto è il dissesto del senso,
Il nostro andare un racconto arido,
E scolorito un mirino mostra,
fissando sabbia e salma celeste,

Una vita svuotata di voglie,
Ché oltre i versi la vanga scava,
La bestia già smarrita in noi stessi
Prende a fiutare col grugno a terra
Il giorno che verrà a riesumare
I suoi ossi sputati dal suolo

Simon Jardin, in Voies de disparition, Paris, Editions du Cerf, 2019, p. 9. Traduction de Chiara Forlani.

“Ne plus se pardonner…”, Simon Jardin

Ne plus se pardonner de vivre
Un soir à soi évoquer ivre
L’illusion de se réparer
Sans disposer d’outil valable
Hormis ces nudités instables
Et ces miroirs défigurés,Lorsque plus rien ne nous délivre
Et névralgie au cœur du givre,
Plus rien ne nous semble assuré,
Que nos destins deviennent fables
Et vu du ciel cibles et sables
Dans un viseur décoloré,

Le sens est perdu de survivre,
On ne meurt pas que dans les livres,
L’animal en nous égaré
Vient flairer en dessous des tables
Le jour qui vient, l’inéluctable
Où ses os seront déterrés.

Amends for living yet unmade
One night, apart, a thirst conveyed
Imagination of repair
Without a proper tool in sight
Except the naked bodies blight
Which crooked mirrors do compare,When hopes of freedom fully strayed,
Neuralgia into frost forayed
And what seemed real slipped in thin air,
May fates be fables we recite
And sands and targets seen in flight
At gunpoint tarnish unaware,

Survival sense no longer made
Death in books is life’s own trade
The stranded beast in our hearts’ lair
Sniffs under tables in a fright
The day to come, the certain plight
When its old bones will be laid bare.

Simon Jardin, in Inconsolés, produit par The Empire Company, 2019, 26 mn. Traduction d’Amélie Derome.